27 février 2008

Montaigne et sa tour

 

Biographie de Montaigne.

 

 

 

Montaigne_Dumonstier"Qui apprendrait les hommes à mourir, leur apprendrait à vivre".

 

Né le 28 février 1533 au château de Montaigne en Périgord, Michel Eyquem de Montaigne est issu d'une famille de négociants bordelais. Son arrière grand-père, Ramon Eyquem, fait l'acquisition en 1477 de cette maison forte du XIVème siècle, et accède ainsi au noble statut de Seigneur de Montaigne qu'il lèguera à ses enfants et petits-enfants. De ces derniers, Pierre Eyquem est le premier à quitter le comptoir familial pour venir s'installer dans la demeure périgourdine qu'il fait aménager et fortifier. De son mariage avec Antoinette de Louppes, fille d'un marchand toulousain, il aura huit enfants dont Michel est l'aîné.

Elevé en nourrice dans le petit village voisin de Papassus, le jeune Michel Eyquem reçoit à son retour au château familial une éducation peu ordinaire: réveillé chaque matin au son de l'épinette "afin de ne pas lui abîmer sa tendre cervelle", il apprend très tôt le latin qu'il parle couramment dès l'âge de sept ans, conversant tout naturellement avec les domestiques employés à Montaigne.

Scolarisé au collège de Guyenne à Bordeaux, il y brille rapidement par son aisance à pratiquer la discussion et la joute rhétorique, et par son goût pour le théâtre.

Après des études de droit, il débute sa carrière en 1554 en tant que conseiller à la Cour des Aides de Périgueux, puis au Parlement de Bordeaux où il siège durant presque 15 ans. C'est donc au palais de l'Ombrière qu'il fait la connaissance d'Etienne de la Boétie, de trois ans son aîné, humaniste et poète, auteur du "discours de la servitude volontaire", hymne véhément à la liberté civique.Leur amitié profonde inspirera à Montaigne cette célèbre phrase "Parce que c'était lui, parce que c'était moi" (Essai I, 28). La mort prématurée de la Boétie, emporté par la peste en 1563, met un terme tragique à cette noble affection, et laisse Montaigne dans une grande solitude que son mariage en 1565 avec Françoise de la Chassaigne, fille d'un de ses collègues au Parlement, ne viendra pas apaiser. De cette union tendre et fidèle, "à la vieille Françoise", naquirent six filles dont une seule, Eléonore, survécut.

La mort de son père en 1568, "le meilleur des pères qui furent oncques", le laisse à la tête d'une grosse fortune et du domaine de Montaigne. Il s'y retire deux ans plus tard, après avoir vendu sa charge de parlementaire, dans le but de "se reposer sur le sein des doctes Vierges dans la paix et la sérénité" et d'y franchir "les jours qui lui restent à vivre". Il consacre alors la plupart de son temps à la méditation et à la lecture des quelque mille ouvrages rassemblés dans sa "librairie", "belle entre les librairies de village", aménagée au dernier étage de cette tour qui devient son repaire. Il s'y retire souvent, fuyant les contraintes familiales et professionnelles: "C'est là mon siège. J'essaie à m'en rendre la domination pure, et à soustraire ce seul coin à la communauté conjugale, et filiale, et civile". S'appropriant la pièce, il fait graver sur les poutres du plafond des maximes du scepticisme antique et des sentences tirées de l'Ecriture Sainte, qui forment encore aujourd'hui un témoignage émouvant de sa pensée humaniste: "Je suis homme, rien de ce qui est humain ne m'est étranger" (Térence). Il commence également à coucher par écrit le fruit de ses réflexions, ses "Essais" dont il publie le premier recueil en deux tomes en 1580: "Je veux qu'on m'y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice: car c'est moi que je peins".

Afin de soigner sa gravelle (calcul rénal), maladie héréditaire, dont il souffre depuis quelques années, Montaigne décide de tenter les cures thermales dans les villes d'eaux réputées à travers l'Europe. Il quitte sa retraite en juin 1580, accompagné de son frère et de trois autres jeunes nobles. Après un passage à Paris où il présente ses "Essais" au roi Henri III, il se rend en Suisse, puis en Allemagne et enfin en Italie. Il y apprend l'italien et obtient la citoyenneté romaine. Il rapporte son périple dans son Journal de voyage, dont le manuscrit, conservé pendant presque 200 ans au château à l'insu de tous, sera publié lors de sa découverte en 1774. Le coffre en cuir clouté dans lequel il a été retrouvé est encore visible dans la chambre de la tour.

Le 7 septembre 1581, une lettre de France l'informe de son élection à la mairie de Bordeaux. Pressé par Henri III, il entreprend le voyage de retour. Bien que réélu à la fin de son mandat en 1583, sa charge ne l'accapare point et il continue la rédaction de ses "Essais": Il publie en 1582 une seconde édition enrichie d'additions. Nommé gentilhomme ordinaire de la chambre du roi de France en 1573, Montaigne a servi fidèlement Henri III. Après avoir pris activement part à la guerre civile jusqu'en 1577, le nouveau maire de Bordeaux entretint des relations amicales avec le maréchal de Matignon, lieutenant général du roi de Navarre et par ses qualités de négociation et de diplomatie, tenta de rapprocher Henri III et son beau-frère Henri de Navarre, futur Henri IV. Ce dernier vint même trouver Montaigne chez lui à deux reprises, à la recherche des sages conseils qu'il ne manquait pas de lui donner.Le maître des lieux mettait alors à la disposition du futur roi et de sa suite le gîte et le couvert, et pour leur loisir, les deux hommes se lançaient à la chasse au cerf dans les bois du domaine. A la mort d'Henri III, le Béarnais devenant alors le roi de France légitime, Montaigne lui témoigne son attachement.

Ses charges politiques ne l'empêchent pas d'écrire: à la fin de son second mandat, en 1585, il se remet à la tâche et prépare une nouvelle édition des "Essais" qu'il publie à Paris en 1588, additionnée d'un troisième tome. C'est à cette occasion qu'il fait la connaissance d'une jeune fille originaire de Picardie, Marie Le Jars de Gournay, avec qui il se lie d'amitié, une amitié faite de tendresse et d'admiration qui vient éclairer ses dernières années. En effet, très affaibli par sa gravelle, il reste le plus souvent en sa librairie où il prépare une quatrième édition des Essais qui ne verra le jour qu'après sa mort, en 1595, grâce au travail de celle qu'il appelait sa "fille d'alliance", Marie de Gournay, qui en assura ainsi la postérité. Les deux dernières années de sa vie, c'est de sa chambre aménagée au second niveau de sa tour qu'il écoute les offices célébrés dans la petite chapelle seigneuriale au rez-de-chaussée, grâce à un conduit acoustique aménagé dans le mur, n'ayant plus la force de descendre ses escaliers. Le 13 septembre 1592, sentant ses derniers instants arriver, il fait venir auprès de lui ses plus proches voisins afin de prendre congé d'eux. En leur présence il fait dire une dernière messe et rend le dernier soupir à l'instant même de l'Elévation. Il a 59 ans.

"Que sais-je ?" était sa devise et quand on lui demandait d'où il était, il répondait, suivant l'exemple de Socrate : "je suis du monde", refusant toute étiquette géographique et par la même toute discrimination entre les Hommes. Il n'était pas à cheval sur les principes d'une rigueur étriquée, mais bien plus enclin à la tolérance entre les êtres et au respect de la différence tant sociale que religieuse. Il a posé les premiers fondements de l'Humanisme , ce courant de pensée qui veut que la société soit faite pour servir l'Homme et non l'inverse, cette philosophie qui replace l'humain au centre de la réflexion et qui conduit au respect d'autrui. Défenseur de la nécessité de communiquer, il était pétri d'esprit de justice et d'équité et a toujours prôné le dialogue comme remède à la violence et la réflexion comme préalable à l'action.

 

 

Montaigne son chateau.

 

 

 

183751348_c3d804154fDe la terrasse, le regard se perd à l'horizon. Des forêts, deux ou trois villages clairsemés, des champs, des vignes dessinent un paysage serein aux confins de la Guyenne et de la Dordogne. Rien ou presque n'a changé : pas de pins alors, mais des chênes, des châtaigniers et du blé. Au fond de la vallée serpente la Lidoire, frontière naturelle entre Anglais et Français, Protestants et Catholiques. Le château de Montaigne, fief de l'archevêque de Bordeaux en pays protestant, ancienne maison forte, en surveille les accès de sa position dominante.

Des 600 hectares de bonnes terres acquises par le bisaïeul de l'écrivain, augmentées par son père et entretenues par lui, il reste un bergerac rouge de bonne tenue et un blanc moelleux des Côtes de Montravel qu'apprécia, dit-on, Henri de Navarre quand il fut son hôte, à trois reprises.

La région est alors déchirée par les guerres de religion et la position du château n'est pas sans rappeler le rôle de médiateur de Michel de Montaigne. Non pas indifférent mais tolérant, ce catholique qui fait sonner sa cloche et écoute la messe tous les jours entretient de bons rapports avec ses voisins protestants et joue un rôle de première importance dans le conflit qui partage son temps. Paix et guerre, piété et tolérance, solitude et sociabilité, sédentarité et goût du voyage, faut-il s'étonner si l'une des maximes peintes dans son cabinet affirme : "Toute parole a son contraire", et une autre : "Sans pencher d'aucun côté".

Pour le visiteur qui découvre Saint-Michel de Montaigne, le plus étonnant est sans doute la situation retirée du domaine, son calme. Du vivant de l'écrivain, y règne l'agitation des grandes propriétés agricoles : charrues, chevaux, volailles, valets, servantes vont et viennent dans la grande cour carrée.

La fameuse Tour ronde qu'il s'est attribuée pour ses appartements privés, la seule encore intacte avec un fragment du mur d'enceinte, n'est pas seulement une retraite qui lui permet de se mettre à l'abri des "picoreurs". C'est aussi une position stratégique. Avec six mètres d'épaisseur à la base, quatre mètres puis cinquante centimètres, la dimension des pièces est en relation avec leur usage : la chapelle, couverte de fresques et d'armoiries en grande partie effacées, puis sa chambre et sa garde-robe, et au sommet, sa  "librairie", bibliothèque et cabinet de travail. Les murs de la chambre étaient entièrement décorés de peintures dont les thèmes rendaient hommage à Pierre, le père adoré. Michel aime y coucher "dur et seul, à la royale, un peu bien couvert". Sa femme loge en face, dans la Tour Trachère, dite de Madame. Après tout, remarque l'auteur des "Essais", "nous n'avons pas fait marché, en nous mariant, de nous tenir accoués l'un à l'autre..."

Mais pour le lecteur de Montaigne, c'est bien sûr la librairie qui captive l'émotion. Plus de quatre siècles ont passé. Venez hors saison. La description qu'il en donne, ayez-la en mémoire ou à la main, il n'en est pas de meilleure. Imaginez le millier de livres aux reliures brillantes rangés à plat le long des parois arrondies, la lumière bleutée des "trois vues de libre prospect", l'espace libre du dallage où le pas de Montaigne résonne quand il pense en marchant, levez la tête vers les poutres où il a fait graver ou peindre ses maximes préférées, effacées et recouvertes au gré de ses lectures. "Misérable à mon gré qui n'a chez soi où être à soi, où se faire particulièrement la cour, où se cacher ! L'ambition paie bien ses gens de les tenir toujours en montre, comme la statue d'un marché... ils n'ont pas seulement leur retrait pour retraite".

Passé entre les mains de plusieurs propriétaires, entièrement détruit par un incendie en 1885, reconstruit par Pierre Magne, le château appartient aujourd'hui à l'une de ses descendantes qui l'habite. Les vingt hectares de vignes constituent, avec les entrées, l'essentiel des revenus de cette propriété privée (on peut commander ce vin). Depuis juin 1999, un guide assure en permanence les visites de la Tour. Un nouvel essor est donné par le responsable du site, Monsieur Delpit. Il faut espérer qu'un travail de restauration permettra de remettre en état certaines parties très abîmées de ce patrimoine inestimable, classé depuis 1952.

Une autre expérience, passionnante, est en cours. Un groupe de chercheurs de l'Université de Bordeaux, s'inspirant des travaux sur les temples égyptiens, travaille à la reconstitution virtuelle du château. Toutes les données fournies par les informations iconographiques et écrites devraient permettre de retrouver sa structure originelle grâce au travail conjoint d'un informaticien, d'un archéologue, d'un architecte et d'une historienne, Anne-Marie Cocula. Un CDRom et un livre sont prévus. Gageons que cet  "essai" aurait titillé la curiosité et la réflexion de Montaigne !

Evelyne Bloch-Dano.

 

 

2263249502_bc2b73203b

2126976390_a15c9ab276

2133983332_b16ac137b4

2140307959_2c490c4015

2126133213_f673a9fa13

2128046825_447b85b521

469884039_79a308255f

2128801658_fa1ecfaf8b

2126949076_26eb2025b0

469863631_3afc6803de

2213098633_d4dbe0c41f

Armoirie

2134702093_8200e11d30

entree_tour2

Job

Porche2

tour1

chapelle1

chapelle2

lit

robe

2133403555_3dc303a84b

Montaigne4_400

Montaigne2_400

Montaigne1_400

desceux

 

Les sentences de la librairie de Montaigne.

 

Procurez vous des ouvrages de Montaigne

 

LOCALISATION DE LA MAISON :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 05:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]