24 mars 2008

Maurice Carême - La Maison Blanche

Biographie de Maurice Carême.

 

 

 

Maurice_Careme"Son balai d'or à la main / Le soleil lavait le monde / à grande eau le matin".

 

 

Maurice Carême est né le 12 mai 1899, rue des Fontaines, à Wavre, dans une famille modeste. Son père, Joseph, est peintre en bâtiment, sa mère, Henriette Art, tient une petite boutique où les gens humbles du quartier viennent faire leurs menus achats. Une sœur aînée, Joséphine, est morte âgée d’un jour en 1898; une autre sœur, Germaine, naîtra en 1901; deux frères: Georges, en 1904; Marcel, en 1907. Ce dernier mourra à l’âge de huit mois.

Maurice Carême passe à Wavre une enfance campagnarde si heureuse qu’elle sera une des sources d’inspiration de son œuvre. Il fait des études primaires et secondaires dans sa ville natale.

En 1914, il écrit ses premiers poèmes, inspirés par une amie d’enfance, Bertha Detry, dont il s’est épris. Élève brillant, il obtient, la même année, une bourse d’études et entre à l’École normale primaire de Tirlemont. Son professeur, Julien Kuypers, l’encourage à écrire et lui révèle la poésie française du début du XXe siècle. C’est à Tirlemont également que Maurice Carême découvre les grands poètes de Flandre.

Il est nommé instituteur en septembre 1918 à Anderlecht-Bruxelles. Il quitte Wavre pour s’installer dans la banlieue bruxelloise. L’année suivante, il dirige une revue littéraire, Nos Jeunes, qu’il rebaptise en 1920 La Revue indépendante. Il noue alors ses premiers contacts littéraires et artistiques (avec Edmond Vandercammen en 1920 et, en 1921/1922, avec le peintre Félix De Boeck). Il épouse en 1924 une institutrice, Andrée Gobron (Caprine), originaire de Dison.

Son premier recueil de poèmes, "63 illustrations pour un jeu de l’oie" paraît en décembre 1925. Entre 1925 et 1930, il est fasciné par les mouvements surréalistes et futuristes. Il publie, en 1926, "Hôtel bourgeois" en 1930, "Chansons pour Caprine" où se découvrent les reflets d’une vie sentimentale assez douloureuse, puis, en 1932, "Reflets d’hélices". Mais, au moment de cette publication (sans doute la plus marquée par les écoles littéraires de l’époque) il a déjà pris ses distances vis-à-vis d’elle.

Il a fait, en 1930, une découverte qui va s’avérer essentielle pour toute sa démarche poétique (voire romanesque) celle de la poésie écrite par les enfants. C’est, pour Maurice Carême, une remise en question fondamentale au cours de laquelle il revient à une grande simplicité de ton. Il publie d’ailleurs deux essais consacrés à ces textes d’enfants dont il fut l’éveilleur : en 1933, "Poèmes de gosses" et, en 1936, "Proses d’enfants".

Il fut avec Géo Norge, Pierre Bourgeois, Georges Linze, Claire et Yvan Goll, André Salmon, Edmond Vandercammen,et  René Verboom,  l’un des fondateurs du Journal des Poètes, en 1931. En 1933, il termine des études de déclamation au Conservatoire de Bruxelles, dans la classe de Madeleine Renaud-Thévenet. Il obtient un Premier prix. La même année, il fait construire, avenue Nellie Melba, à Anderlecht, la Maison blanche, à l’image des maisons anciennes de son Brabant. Elle deviendra, en 1975, le siège de la Fondation Maurice Carême et le Musée Maurice Carême, en 1978.

Le recueil "Mère" paraît en 1935. La simplicité profonde des vers lui vaut d’être remarqué par de nombreux critiques littéraires parisiens, dont celui du Mercure de France. L’œuvre reçoit, en 1938, le Prix Triennal de poésie en Belgique et inspire à Darius Milhaud sa "Cantate de l’enfant et de la mère" (Première mondiale au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le 18 mai 1938).

En 1943, Maurice Carême quitte l’enseignement pour se consacrer entièrement à la littérature. Il se lie la même année avec Jeannine Burny pour laquelle il écrit "La bien-aimée" en 1965. Secrétaire du poète jusqu’à la mort de celui-ci, elle préside à présent la Fondation Maurice Carême.

De nombreuses œuvres paraissent et sont couronnées par des prix littéraires en Belgique et à l’étranger : Prix Victor Rossel (1948), Prix de l’Académie française (1949 et 1954), Prix international Syracuse (1950), Prix populiste de poésie (1951), Médaille de la Ville de Sienne (1956), Prix Félix Denayer (1957), Prix de la poésie religieuse (1958), Prix du Président de la République française (1961), Prix de la Province de Brabant (1964), Prix de la traduction néerlandaise (1967), Grand Prix international de poésie (France, 1968), Prix européen (Italie, 1976) etc.

Les années 1950-1951 sont marquées pour Maurice Carême par une nouvelle remise en question de son art. Il tente d’allier la simplicité complexe de ses vers à la magie de l’image.

À la Pentecôte 1954, Maurice Carême fait un premier séjour à l’abbaye d’Orval. C’est le début d’une période d’intense créativité, doublée d’une patiente mise au point de l’œuvre, qui ne s’interrompra qu’avec la mort. À Orval, il écrit "Heure de grâce" qui paraît en 1957. Maurice Carême approfondit la lecture des grands mystiques, des philosophes, des sages de l’Inde, de la Chine, se penche sur le Zen, reprend les œuvres de Teilhard de Chardin, de Rabindranath Tagore. Il fera dix-sept séjours à Orval de 1954 à 1970, mais il écrit aussi dans le Brabant (particulièrement dans la région wavrienne, son lieu privilégié d’inspiration), le long de la Mer du Nord (à Coxyde, dans l’appartement du peintre Henri-Victor Wolvens, et à Heyst).

Le 9 mai 1972, il est nommé Prince en poésie à Paris. Pendant les six années qui lui restent à vivre, il part écrire durant l’été en France, publie quatorze recueils de poèmes, un roman fantastique : "Médua", un choix de traductions des poètes de Flandre. Trois anthologies de ses poèmes paraissent, plusieurs disques lui sont consacrés.

Il crée le 4 décembre 1975 la Fondation Maurice Carême, établissement d’utilité publique. Il meurt le 13 janvier 1978 à Anderlecht laissant onze œuvres inédites parmi les plus graves qu’il ait écrites.

L’œuvre de Maurice Carême comprend plus de quatre-vingts recueils de poèmes, contes, romans, nouvelles, essais, traductions. De nombreuses anthologies de ses poèmes ont été publiées. Des essais, des disques, des films lui sont consacrés. L’œuvre, couronnée par de nombreux prix littéraires, est traduite dans le monde entier et mise en musique par plus de deux cents artistes. Un colloque consacré à son œuvre et réunissant des personnalités littéraires, artistiques et universitaires de Belgique, de Bulgarie, de l’Équateur, de France, de Hongrie, du Japon, de Pologne, de Roumanie, s’est tenu à Bruxelles, en novembre 1985, sous l’égide de la Commission française de la Culture de l’Agglomération de Bruxelles et de la Fondation Maurice Carême.

 

 

La Maison Blanche sa demeure.

 

 

mauricemaisonLa Maison blanche (Musée Maurice Carême) a été bâtie en 1933 dans le style des anciennes maisons brabançonnes par Maurice Carême qui y vécut jusqu'à sa mort en janvier 1978.

Le musée a gardé, intact, le cadre de vie du poète. Ses nombreuses oeuvres d'art (peintures, dessins, sculptures) sont liées à la personnalité et aux ouvrages littéraires de Maurice Carême. La bibliothèque personnelle du poète présente la collection privée la plus riche en poésie de Belgique et couvre le monde entier. Elle n'a cessé d'être actualisée.

Une salle d'archives met à la disposition des chercheurs et des universitaires un prestigieux éventail de manuscrits et de documents relatifs à l'oeuvre de Maurice Carême dont il est possible d'obtenir des photocopies.

Les visites guidées projettent l'aspect exceptionnel du lieu. En effet, le Musée Maurice Carême est l'unique maison d'écrivain bruxelloise qui conserve non seulement le cadre de vie, mais tous les manuscrits, les documents, la bibliothèque personnels du poète. Les visites sont éclairées d'anecdotes qui mettent en lumière les rapports exceptionnels que Maurice Carême entretenait avec "ses"  peintres et expliquent la genèse des dessins qui illustrent les recueils. Elles sont complétées par des présentations de l'oeuvre carémienne et sont illustrées de poèmes et de textes. Des films sur Maurice Carême et un montage audiovisuel réalisé avec la voix du poète et des extraits d'interviews de celui-ci sont projetés. Ces documents sont particulièrement éclairants de la richesse de l'oeuvre et de l'humanisme du grand poète belge dont la simplicité s'avère significativement profonde.

En outre, tout dans la Maison Blanche garde l'empreinte de l'esthète que fut Maurice Carême. La beauté des meubles anciens, les multiples objets en porcelaine de Bruxelles, de Namur, de Tournai, les cuivres, les sulfures, les verres de jadis ajoutent au charme du lieu.

 

Image23

Image22

Image17

site_975_1

17031_17031mcareme07

1975_lettre_careme

 

Procurez vous des ouvrages de Maurice Carême

 

 

LOCALISATION DE LA MAISON :

  

 

 

 

 

Posté par pfck à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 mars 2008

Comtesse de Ségur - Les Nouettes

Biographie de la Comtesse de Ségur.

 

"La modeste et douce bienveillance est une vertu qui donne plus d'amis que la richesse et plus de crédit que le pouvoir".

 

Comtesse_de_S_gurSophie Rostopchine 3ème de cinq enfants, naquit le ler août 1799 à St-Petersbourg au Palais de l'Ermitage, où était logé son père Fiodor Rostopchine, favori du Tsar Paul 1er, qui l'avait anobli et avait accepté d'être le parrain de sa fille.  Elle passa toute son enfance en Russie où son père fut lieutenant-général puis ministre des Affaires étrangères.

Quand Paul ler, devenu fou, fut assassiné en 1801, avec la complicité de son fils Alexandre ler, le comte Rostopchine se retira dans ses terres de Voronovo, à 60 verstes de Moscou, dans un empire de 40.000 hectares, 20.000 moutons, 1000 vaches, 200 chevaux et 4000 serfs.  Rentré en faveur, il fut nommé par Alexandre ler, en 1812, Gouverneur de Moscou, après avoir été Grand Chambellan.  Quelques mois plus tard, il prit la décision d'incendier la ville, le surlendemain de l'installation de Napoléon ler au Kremlin.  Sophie fut très impressionnée par cet incendie et l'exode qui s'en suivit.  On retrouvera, d'ailleurs, plusieurs épisodes d'incendies dans son oeuvre romancée.

La décision d'incendier Moscou fut fortement reprochée au Comte Rostopchine, en particulier par les propriétaires des plus belles demeures.  Sa situation devint si inconfortable qu'il préféra en 1814 s'exiler en Pologne, puis en Allemagne et en Italie et enfin en France en 1 817. Il s'installa à Paris où sa femme, ses 3 filles et son dernier fils le rejoignirent à l'Hôtel Ney, Avenue Gabriel.

C'est dans le salon de Madame Swetchine, russe convertie au catholicisme, que les Rostopchine connurent Madame de Staël, Juliette Récamier, Chateaubriand et Benjamin Constant.  Madame Swetchine qui avait connu les Ségur en Russie, présenta Eugène de Ségur à Sophie.  Il en résulta un mariage de raison le 14 juillet 1819, les Rostopchine apportaient 1a fortune et les Ségur le Titre.

L'arrière grand-père d'Eugène avait été maréchal et ministre de la guerre de Louis XVI et le grand-père ambassadeur auprès de Catherine II.  L'oncle, ancien aide de camp de Napoléon ler, était historien et académicien.

La mère de Sophie, née Catherine Protassov, ancienne demoiselle d'honneur de Catherine II, s'était convertie au catholicisme en 1807 et avait fait de Sophie une catholique à l'âge de 13 ans ce fut la seule parmi ses enfants.  Sophie fut tyrannisée par sa mère qui lui refusait les vêtements chauds et nourriture suffisante, alors que les autres enfants paraissaient mieux traités.  Le père, à l’inverse, adorait sa fille qui lui rendait bien.

La mère d'Eugène, née d'Aguesseau, était veuve depuis peu d'Octave de Ségur, dépressif, qui venait de mettre fin à ses jours en se jetant d'un pont dans la Seine, après une fugue d'un an.

Le jeune couple s'installa à l'Hôtel de Ségur, 48 rue de Varenne, où la mésentente régna vite entre belle-mère et belle fille, doublement étrangère, d'où leur départ dans un hôtel particulier, rue des Capucines, où Sophie prit son indépendance.  La jeune Comtesse S'ennuie dans le milieu aristocratique du Faubourg Saint-Germain et entre en conflit avec son mari volage, désargenté et désœuvré. Il ne deviendra en effet Pair de France qu'en 1830, avec l'arrivée de Louis-Philippe.

Les seuls soutiens de Sophie sont le grand-père Louis-Philippe de Ségur et l’oncle historien qui ne mourra qu'à 93 ans, une année avant elle.

En 1822, le Comte Rostopchine acheta le château des Nouettes, près de l'Aigle dans l'Orne, et l’offrit à sa fille.  le Comte mourut 3 ans plus tard, tandis que son épouse lui survivra plus de 30 ans.  elle ne reviendra en France que durant quelques mois en 1838.

Sophie mit au monde huit enfants, d'abord quatre garçons puis quatre filles.

Le cas de la comtesse de Ségur montre qu’une vocation très tardive d’écrivain peut être particulièrement réussie : elle a en effet écrit son premier livre à cinquante-huit ans.

On raconte que la comtesse de Ségur a commencé à se consacrer à la littérature pour enfants quand elle a écrit les contes qu’elle racontait à ses petits-enfants et qu’elle les a regroupés pour former ce qui s’appelle aujourd’hui "Les nouveaux contes de fées". Lors d’une réception, elle lut quelques passages à Louis Veuillot pour calmer l’atmosphère qui était devenue tendue. C’est ce dernier qui réussira à faire publier l’œuvre chez Hachette.

Dans son écriture la Comtesse s'avère à la fois bonne psychologue et moraliste. Elle crée des personnages de confidentes (les bonnes surtout) de raisonneuses et de bouffons, ses portraits d'enfants sont particulièrement réussis. Les portraits d'adultes sont humoristiques, cruels ou caricaturaux. L'auteur réalise une véritable fresque de la société du Second Empire. Elle a le goût de la fête et nous décrit les noces de campagne, les dîners, les visites des châtelains voisins, les goûters, les parties de pêche et les courses d'ânes. Elle est aussi moraliste  et prône une morale chrétienne (la charité, la foi en Dieu omniprésent, l'espérance en un monde meilleur, l'obéissance aux commandements de Dieu) d'où le souci de l'éducation des enfants sans rigueur exagérée et sans contrainte, en obtenant leur adhésion.

La Comtesse a trouvé chez Louis Hachette un grand éditeur et fut le meilleur auteur de la Bibliothèque Rose. De grands dessinateurs et graveurs illustrèrent avec talent ses ouvrages, le plus connu étant Gustave Doré.

Sophie fait preuve d'une énergie à toute épreuve, véritable chef de clan gérant son domaine normand, enseignant elle-même ses filles et les aidant ensuite dans leur vie de mères de famille.  C'est aussi une femme d'affaires, discutant pied à pied avec ses éditeurs, d'abord Louis Hachette, puis son gendre et successeur Emile Templier, réclamant des avances d'argent pour chaque nouveau livre et obtenant des augmentations de plus en plus substantielles.  Elle a besoin d'argent pour assurer son train de vie et réussira à obtenir son émancipation financière, chose rare à l'époque. les rapports avec ses éditeurs ne sont pas seulement d'ordre financiers.  En effet, elle doit lutter pour que ses écrits ne soient pas dénaturés, refusant d'adoucir certains passages qui ne sont, pour elle, que l'image de la vie.  Elle ne réussit pas toujours : c'est ainsi quelle a dû situer en Angleterre "Le Bon petit diable", car le climat des pensionnats n'était pas "politiquement correct" pour la maison Hachette

Polyglotte, parlant cinq langues depuis l'âge de 6 ans, la Comtesse a présenté souvent un comportement hystérique avec crises de nerfs et longues phases d'aphonies, l'obligeant à correspondre avec son entourage a l'aide de sa célèbre ardoise. durant plusieurs épisodes de graves dépressionsse situant entre 1836 et 1849.

En 1872, Sophie vend les Nouettes qui après plusieurs changements de propriétaires, deviendra un Institut médico-éducatif.  Elle se retire à Paris, rue Casimir Perier, où elle mourut en 1874 à 75 ans.  Elle fut enterrée dans le Morbihan, à Pluneret, près de son avant dernière fille Henriette, habitant le château de Kermadio, tandis que son cœur était déposé à la chapelle des visitandines.

 

 

Les Nouettes sa demeure.

 

 

 

nouettes01Après son mariage, Sophie de Ségur habite à Paris, rue de Varenne, mais ne s'y plaît guère. Heureusement, elle séjourne parfois chez des amis, dans la campagne ornaise, à Chandai près d'Aube. C'est alors qu'on lui signale une propriété à vendre, les Nouettes à Aube. Son père s'en porte acquéreur en juin 1821 pour la somme de 80 000 francs, et lui en fait cadeau.

D'une superficie de 72 hectares, le domaine comprend, une maison d'habitation sympathique, accueillante, avec cour et jardin de maître. Il y a aussi les maisonnettes du concierge et du jardinier, ainsi qu'une ferme, des prairies et des bois. Le parc est planté d'arbres vénérables. Retrouvant l'atmosphère du domaine de Voronovo en Russie, où elle a grandi, l'éxilée de la rue de Varenne récupère du même coup son entrain.

Elle s'attacha avec passion à son domaine, au point d'y passer le plus de temps possible, pendant que son mari n'était que trop heureux de retrouver Paris. Bientôt la grande maison résonne des rires et des cris des huit enfants Ségur. On y invite la famille, les amis, puis les gendres et les belles filles. L'hospitalité des Nouettes, à l'image de la maîtresse des lieux, est spontannée, génreuse et attentionnée.

Depuis 1930, propriété du département de l'Orne, le château des Nouettes abrite aujourd'hui un Institut médico-éducatif. Il ne se visite que sur autorisation spéciale. C'est l'ancien presbytère, à l'ombre de l'église d'Aube, qui abrite le musée consacré à la Comtesse de Ségur, mis en place par l'Association des Amis de la Comtesse de Ségur, dont font partie les déscendants de  la Comtesse. Chaque année, en dehors des salles permanentes du musée, une exposition est consacrée à la présentation d'un roman de la Comtesse. Le musée lui même, est entièrement structuré autour de ses oeuvres. Une première salle est consacrée à ses origines russes qu'elle a elle-même évoquées dans l'un des ses livres les plus connus : "les Malheurs de Sophie". On peut y voir des portraits de sa famille et des objets caractéristiques de la vie russe de cette époque. La 2ème salle est dévolue à la famille de l'écrivain qui a aussi été sa grande source d'inspiration 8 enfants et beaucoup de petits-enfants. Trois autres salles servent de cadres à des expositions temporaires. Tout est mis en oeuvre afin de découvrir (ou plus sûrement re-découvrir) l'univers poétique et enfantin de l'écrivain. 

 

 

 

 

 

nouettes02

63671880_36ebde11f6

2290996089_50d4f20bea

 

 

La Comtesse de Ségur, une femme d'exception.

 

Procurez vous des ouvrages de la Comtesse de Ségur

 

 LOCALISATION DE LA MAISON  :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 18:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 mars 2008

Boris Vian - Cité Véron Paris

Biographie de Boris Vian.

 

 

 

"Je ne sais pas ce qui est beau, mais je sais ce que j'aime et je trouve ça suffisant".

 

 

Boris_VianBoris Vian, figure mythique du Paris d'après-guerre, a marqué la vie intellectuelle et artistique française d'une empreinte singulière. Cet écrivain, auteur, chanteur et musicien, disparu prématurément, laissa derrière lui une oeuvre moderne et insolite, véritable patrimoine dont les générations suivantes n'ont cessé de s'inspirer. Boris Vian naît dans la région parisienne à Ville-d'Avray le 10 mars 1920. Cadet de sa famille, il grandit au milieu de trois frères et soeurs : Lélio, Alain et Ninon. Ses parents, Paul et Yvonne, élèvent leurs enfants dans une atmosphère joyeuse où culture et raffinement tiennent une large place. Paul Vian, rentier, enseigne à sa petite famille le respect des libertés et la méfiance de l'Eglise et de l'Armée. En 1929, la crise financière touche la famille qui quitte la villa les Fauvettes pour s'installer dans l'appartement du portier. Handicapé par une santé fragile, Boris est instruit à domicile par une institutrice particulière.

C'est ainsi que très tôt, il sait lire et écrire. A 10 ans, les classiques de la littérature française n'ont plus de secret pour lui. A 12 ans, il connaît ses premiers problèmes cardiaques. Il ne cessera d'en souffrir. Adolescent, Boris est élève au lycée de Sèvres, au lycée Hoche de Versailles puis à Condorcet à Paris. Il prépare des études classiques caractérisées par l'étude des langues latine et grecque. Parallèlement, il apprend seul l'anglais. Brillant et cultivé, il passe un premier baccalauréat à 15 ans, puis un second lorsqu'il en a 17.

Non seulement le jeune Boris maîtrise la langue française, la littérature et la manipulation des mots, mais il se passionne dès ses 16 ans pour la musique et en particulier le jazz, forme musicale encore peu écoutée en France. Il acquiert très vite une connaissance pointue du genre et devient membre du Hot Club de France. Il se met alors à la trompette à 17 ans. A la veille de la Guerre, Boris est un jeune homme qui partage son temps entre l'écriture, la musique et l'organisation de soirées mémorables dont il est un des piliers avec ses frères. Parfois jusqu'à 400 personnes se pressent dans la salle de bal construite au fond du jardin de la villa de Ville-d'Avray. Célèbre pour son sens de la fête et son goût du canular, il est maître es-réjouissances en tous genres.

En 1939, il évite la mobilisation en raison de sa santé défaillante et intègre l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures à Angoulême, où elle a déménagé pour cause de guerre. Il en ressort en 42 bardé du diplôme d'ingénieur, section métallurgie. En 1939, Boris rencontre une jeune femme nommée Monette avec laquelle il se fiance. En 40, la famille Vian quitte Paris et s'installe en Gironde. C'est là, à Capbreton, qu'au cours de l'été 1940, Boris fait la connaissance de celle qui va devenir sa première épouse, Michèle Léglise, également réfugiée dans les Landes avec sa famille. Ils se marient le 3 juillet 1941 et auront deux enfants, Patrick en 42 et Carole en 48. Ce même été, il fait aussi la connaissance de Jacques Loustalot, dit ''le Major''. Ce jeune homme de 15 ans frappe Vian par son comportement délirant et excentrique. Les deux hommes deviennent très proches jusqu'au décès accidentel du Major en 48.

Parallèlement à ses activités d'ingénieur, Boris Vian commence à écrire son premier ouvrage en 41, ''Les cents sonnets'', ouvrage qui ne sera pas édité avant 1984. Passionné par la culture de l'absurde, par l'exploration des exercices intellectuels les plus surréalistes, Vian développe des activités variées comme le Cercle Legâteux, déjà créé avant-guerre. Ce club d'amis permet à ses adhérents entre autres de jouer aux échecs, de tourner des courts métrages et même de mettre au point des modèles réduits au sein de ''La Section volante, déchaînée, sociale et cosmique de la science aérotechnique''. Aussi sérieux que loufoque, ce cercle permet aussi à certains de s'adonner à la pratique fort ludique des bouts-rimés sous la houlette de Vian lui-même. Tout est bon pour réunir les amis, s'amuser tout en s'adonnant à chaque fois à un exercice intellectuel. Vian ne cesse de créer et d'imaginer.

Tout juste diplômé, il intègre l'AFNOR, association française de normalisation, dans la section verrerie. Cette entreprise des plus sérieuses, lui inspirera de nombreux écrits. Il en démissionnera en 1946. En 1942, il écrit ''Troubles dans les Andains'' qui sera également publié très tardivement, en 1966 seulement. C'est à cette époque qu'il devient trompettiste dans l'orchestre du clarinettiste Claude Abadie, qui est alors rebaptisé orchestre Abadie-Vian. Boris y retrouve Alain et Lélio, respectivement batteur et guitariste. Ensemble, ils participeront à de nombreux concours et tournois d'amateurs de jazz.

Vers 1944, Vian publie ses premiers textes sous des pseudonymes tels Bison Ravi (anagramme de Boris Vian) ou Hugo Hochebuisson. Sous le nom de Bison Ravi, il écrit un poème qui évoque l'interdiction du jazz américain par les Allemands. A cette époque, il se lance aussi dans l'écriture de ses premières chansons comme ''Au bon vieux temps'', texte écrit sur une musique d'un de ses amis, Johnny Sabrou. Mais cette activité, qui prendra toute son ampleur dans les années 50, est encore marginale dans son travail.

En 1945, il signe un contrat chez Gallimard pour son roman ''Vercoquin et Plancton''. 1946 est l'année de parution de son plus célèbre roman, ''L'Ecume des jours''. C'est à ce moment-là qu'il rencontre le couple Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, piliers du gotha littéraire de Saint-Germain-des-Prés. Quelques mois après ''L'Ecume des jours'', Vian publie ''J'irai cracher sur vos tombes'', pastiche des romans noirs américains. Il le signe Vernon Sullivan et fait alors passer Vian pour le traducteur. L'ouvrage fait scandale par son contenu un tantinet iconoclaste. Mais c'est un best-seller dès 1947. Idem avec ''Les morts ont tous la même peau'' en 1947 et ''Et on tuera tous les affreux'' en 1948. Scandale et réussite.

La Guerre terminée, la vie reprend de plus belle et en particulier, la vie artistique et culturelle. Des lieux s'ouvrent, le jazz envahit la capitale, les plus jeunes générations se lancent dans une fête permanente, fête à laquelle Vian participe activement. Il monte une chorale en 1947 qu'il nomme ''La petite chorale de Saint-Germain-des-Pieds''. Parmi les nouveaux lieux à la mode, on compte Le Tabou, 33 rue Dauphine, au coeur de Saint-Germain-des-Prés. Cette boîte de jazz minuscule devient vite un point incontournable du Paris qui bouge dans les années d'après-guerre. Boris et Alain Vian l'animent avec leur orchestre. L'histoire laisse même entendre que Boris en aurait écrit ''l'hymne'' : ''Ah ! Si j'avais un franc cinquante''. On y croise Juliette Gréco, égérie de Saint-Germain et future star de la chanson, ainsi que la jeunesse existentialiste du moment. Boris doit malheureusement cesser la trompette à la même époque pour raisons de santé. En revanche, il demeure plus que jamais une sommité en matière de jazz et intègre la rédaction du magazine Jazz Hot en 1946. Pendant plus de 10 ans, il rédigera pour eux une revue de presse et de nombreux articles.

A la fin des années 40, Vian laisse le Tabou au profit d'une autre cave de jazz, le Club Saint-Germain-des-Prés, à deux pas de là, rue Saint Benoît. Il y reçoit de célèbres jazzmen américains dont Duke Ellington, Charlie Parker ou Miles Davis. Multipliant à l'infini ses activités, Vian écrit à cette époque ses premiers spectacles de cabaret. Il se met également à la traduction de romans noirs dont ceux de Raymond Chandler dans la série ''Série noire'', chez Gallimard. En 1949, parallèlement à Jazz Hot, il devient rédacteur en chef de Jazz News. De plus en plus, il partage son temps entre ses diverses occupations et délaisse son emploi à l'Office professionnel des industries et commerces du papier et du carton.

Peu de domaines littéraires échappent à Vian. S'il a commencé à écrire des chansons des années auparavant, 1949 marque son premier succès en la matière avec le titre ''C'est le be-bop'' interprété par un jeune chanteur fou de jazz, Henri Salvador, sur une musique du pianiste de jazz Jack Diéval. Avec ce dernier, Vian collaborera jusqu'au tout début des années 50. En revanche, Vian et Salvador se retrouveront au cours des années 50 pour produire des dizaines de succès.

Au début des années 50, Vian se consacre beaucoup au théâtre. En 1950, est monté ''L'Equarrissage pour tous'' dont le rythme textuel est très musical et très syncopé. Plus que jamais, Vian joue avec les mots et les transforme en autant de notes au sein d'un ballet vocal. La même année, il écrit d'ailleurs sa première comédie musicale, ''Gialiano''. En 1951, il écrit ''Le goûter des généraux'' qui ne sera pas joué avant les années 60. Puis en 1952, Vian connaît le succès avec ''Cinémassacre ou les cinquante ans du septième art'' puis ''Paris varie ou Fluctuat nec mergitur'' en fin d'année.

Séparé de Michèle, il s'installe en 1951 avec une jeune danseuse allemande, Ursula Kubler. Ils se marient en 1954. Son rythme d'écriture ne cesse de s'accélérer. De plus, les soucis d'argent le poussent à traduire à tour de bras pour Gallimard. Après le théâtre, le roman, la poésie et la chanson, Boris Vian s'emballe pour un nouveau genre littéraire, la science-fiction, style encore méconnu en Europe. Cette découverte lui inspirera une chanson quelques années plus tard, ''la Java martienne''.

En 1952, Boris Vian intègre le Collège de pataphysique en tant qu'Equarisseur de première classe. Sous ces appellations à la signification obscure, se cache un cercle de gens étudiant la pataphysique, science du virtuel et des solutions imaginaires, concept mis à jour à la fin du XIXème siècle par l'écrivain Alfred Jarry. Quelques mois plus tard, Vian y est nommé Satrape, puis l'année suivante, Promoteur insigne de l'Ordre de la Grande Gidouille, échelons divers et prestigieux de cette assemblée qui compte parmi ses membres des noms tels que Raymond Queneau, Eugène Ionesco ou Jacques Prévert. Boris consacrera beaucoup de temps au Collège jusqu'à la fin de ses jours.

A partir de 1954, Boris Vian commence à consacrer beaucoup de temps à la chanson. Le début de la guerre d'Indochine lui inspire en particulier un titre aujourd'hui mythique, ''le Déserteur'', manifeste anti-militariste. Fort d'un répertoire déjà solide, le producteur Jacques Canetti l'engage en 1955 dans son cabaret, les Trois Baudets, ainsi que sur la scène de La Fontaine des Quatre Saisons. Il y rencontre un certain succès qui lui vaut d'enregistrer son premier disque en avril. Sous le titre ''Chansons possibles et impossibles'', Vian y reprend les titres de son tour de chant. L'album, tiré à 1000 exemplaires, est censuré à cause de la chanson ''le Déserteur'' dont le propos est jugé scandaleux par beaucoup. Le scandale surgira également au cours de la tournée que Boris Vian donne tout au long de l'été. Certains concerts donnent lieu à de violentes réactions du public.

Après le jazz, le roman noir, la science fiction, Vian insuffle à son travail un nouveau style venu d'Amérique et encore marginal en France, le rock'n'roll. Sur des musiques composées par Alain Goraguer, Michel Legrand et Henri Salvador, Vian écrit des textes souvent drôles et brillants. A partir de 1956, il enregistre de nombreux disques chez Philips, en tant qu'interprète mais aussi que réalisateur. C'est ainsi qu'on découvre de célèbres titres tels que ''Rock'n'roll Mops'' par Henry Salvador ou ''Fais-moi mal Johnny'' par Magali Noël. Outre le rock, Boris s'inspire de styles musicaux les plus divers dont la java que jusque-là, personne n'avait sorti de son image populaire. Cela donnera des titres tels que ''la Java des bombes atomiques'', ''la Java des chaussettes à clous'', ''la Java javanaise'' ou ''Java mondaine''. Sous des dehors très drôles, Vian cache parfois des textes engagés et contestataires. Il sait à merveille allier les deux.

De plus en plus renommé pour la singularité de ses chansons, de nombreux chanteurs font appel à lui dont Renée Lebas et Mouloudji qui impose la chanson ''Le Déserteur''. En dépit de graves oedèmes pulmonaires qui se multiplient, Vian ne cesse guère ses multiples activités. Il écrit des livrets d'opéra (''Fiesta'' en 1958 sur une musique de Darius Milhaud), des commentaires de films documentaires (''la Joconde'' en 1957), joue dans des films (''Un amour de poche'' de Pierre Kast), traduit des pièces de théâtre (August Strindberg) et devient directeur artistique pour Philips en 1957, puis pour les disques Fontana l'année suivante.

Il écrit de plus en plus de chansons dont beaucoup restent des perles du répertoire : ''J'suis snob'', ''les Joyeux bouchers'', ''On n'est pas là pour se faire engueuler'' ou ''Je bois''. En outre, en1958, il finit d'écrire ''En avant la zizique.'', spectacle inspiré de son expérience dans les maisons de disques. En cette grande époque de la chanson ''littéraire'' - on chante Prévert, Aragon, Queneau et même Sartre -, le travail de Vian est vivement remarqué.

Très fatigué, Boris Vian essaie de se reposer plus fréquemment. Mais ses activités nombreuses ne lui laissent pas de répit. En 1959, il connaît beaucoup de difficultés avec l'adaptation cinématographique de ''J'irai cracher sur vos tombes'', projet dont il sera finalement écarté. En avril, il fait une ultime apparition au cinéma dans ''les Liaisons dangereuses'' de Roger Vadim, avec Jeanne Moreau.

Après Philips et Fontana, c'est chez Barclay que Boris Vian devient directeur artistique. Mais il n'aura guère le temps d'y inscrire sa patte. Le 11 juin 1959, Boris et Ursula donnent une grande fête chez eux, cité Véron, pour fêter le nouveau chef du Collège de pataphysique. Quelques jours plus tard, le 23 juin, il assiste au visionnage du film ''J'irai cracher sur vos tombes'' mais meurt dès les premières images de cette adaptation dans laquelle il ne se reconnaissait pas.

Il laisse un vide énorme dans la vie artistique de l'époque. Mais son empreinte ne cesse de se confirmer depuis. Ses chansons ont été maintes fois interprétées par des artistes aussi divers que Jacques Higelin, Serge Reggiani, Mouloudji, Catherine Sauvage, les Frères Jacques, Yves Montand, Bernard Lavilliers ou même Maurice Chevalier qui en 1957, a repris l'inoubliable ''Pan Pan poireau pomme de terre''. De fort nombreux disques et coffrets posthumes furent publiés depuis sa mort. Enfin régulièrement, des spectacles reprenant ses titres sont montés en France dont ''En avant la zizique'', joué en août 1999 à Paris.

Certains de ses ouvrages sont des classiques de la littérature française, étudiés dans les écoles et analysés dans les facultés. Par son sens de l'humour mêlé de désespoir, son goût de l'absurde, d'une certaine irrévérence et ses choix frondeurs, Boris Vian est devenu une figure révérée par les plus jeunes générations. Son oeuvre est le résultat d'une totale ouverture d'esprit et d'une pensée libre. Sa modernité n'est plus à démontrer.

 

 

La Cité Véron sa maison.

 

 

IMG_0045Au niveau du 94 bd de Clichy, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, s'échappe une impasse privée longue de 80 mètres, signalée par une belle enseigne émaillée. La cité fut rendue célèbre dès 1953, avec l'arrivée de Jacques Prévert et Boris Vian. Elle abrita leur créativité et fut le berceau de quelques unes des plus belles pages françaises. Lotie de petits pavillons et de jardinets, elle abrite aussi le " Vaudou " 1er temple de vaudou haïtien européen.

L'appartement de Boris Vian est constitué d'anciennes loges du Moulin-Rouge.jadis dévolues, dit-on, à Mistinguett. Ursula, la veuve de l'écrivain, veille sur la mémoire des lieux.

Boris Vian est décédé le 23 juin 1959, d'une crise cardiaque, près d'un demi siècle plus tard rien n'a changé dans ce petit appartement de trente mètres carrés qui constitue l'une de ses plus étonnantes créations, lorsque l'on pénètre dans cet appartement, on a l'impression qu'il vient tout juste de sortir faire un tour et qu'il ne va pas tarder..

Ingénieur de formation, l'auteur de "L'écume des jours" va tout bâtir de ses mains, "J'ai joué les Corbusier en petit",dira-t-il. Pendant des mois, il dessine, scie, cloue, pose bibliothèques, tiroirs, parquet, un escalier vers la chambrette ou un double lit superposé permettant à Ursula, danseuse, de se glisser dans le lit du haut, au milieu de la nuit, sans le réveiller... Une ingénieuse poulie permet de se passer livres et petits mots d'une couche à l'autre. Comme il était très grand et se cognait partout, il était particulièrement attentif à l'organisation de l'espace. On peut encore voir la chaise sur laquelle il écrivait, spécialement conçue pour y glisser ses longues jambes. Mais le bricoleur sait aussi se faire surréaliste: lorsqu'il s'aperçoit que la nouvelle baignoire est trop longue, il abat une cloison et prend son bain la tête dans la chambre et les pieds dans la salle de bains... La télévision, elle, a l'écran résolument dirigé vers le mur. Des piles de 78 tours de jazz New Orleans côtoient des éditions illustrées de Baudelaire, un crâne humain fait face à deux de ses rares toiles futuristes.

Cité Véron, Boris Vian fut un bricoleur heureux mais un romancier amer. Les échecs de "L'écume des jours" et de "L'automne à Pékin" l'avaient profondément atteint.

Le 6 bis cité Véron devient vite un rendez-vous du monde de la musique et des lettres: on y croise Raymond Queneau et Georges Delerue, Miles Davis et Max Ernst, Henri Salvador et Yves Gibeau... Le soir, apéritifs aidant, les amis débordent joyeusement sur l'immense terrasse qui vient buter sur l'arrière des ailes du Moulin-Rouge. Le terrain de jeu préféré de Patrick Vian et de Minette Prévert. Car l'auteur de "Paroles" est le voisin direct des Vian.

Une profonde amitié va lier le poète et le trompettiste, renforcée par les célébrations potaches du Collège de Pataphysique. Le 11 juin 1959, cité Véron, Henri Salvador est promu "satrape", l'un des nombreux titres honorifiques du facétieux collège. L'immense terrasse est même rebaptisée "terrasse des Trois-Satrapes", en l'honneur de Boris Vian, Jacques Prévert et... Ergé, le chien de ce dernier. Ionesco, Queneau et Siné assistent à l'événement. On boit, on rit, on est heureux comme des collégiens. Douze jours plus tard, l'auteur de "L'écume des jours" claque la porte du 6 bis, cité Véron, pour la dernière fois.

 

0001

ScreenHunter_04_Mar

890965786_ba67703b32

ScreenHunter_05_Mar

ScreenHunter_06_Mar

ScreenHunter_07_Mar

ScreenHunter_08_Mar

kepi

boris_ursula_57

 

Entretien avec ursula Vian.

Fond'action Boris Vian.

 

 

Procurez vous des ouvrages de Boris Vian

 

LOCALISATION DE LA MAISON  :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 13:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

19 mars 2008

Madame de Staël - Coppet

Biographie de Madame de Staël.

 

 

 

"Pourquoi les situations heureuses sont-elles passagères ? Qu’ont-elles de plus fragile que les autres ?"

 

Madame_de_StaelAnne-Louise Germaine Necker naît à Paris le 22 avril 1766. Son père Jacques Necker, solide bourgeois de Genève, habile aux affaires, s'était fait une grosse fortune avant d'épouser Suzanne Curchod, du canton de Vaud, fille d'un pasteur devenue orpheline et restée pauvre. Ce sont des protestants convaincus, avec ce que cela sous-entend de  moralité, de tolérance et d'ouverture d'esprit. Si ils sont calvinistes fervents, ils ne sont ni puritains, ni dogmatiques. Ils élèvent donc Germaine dans la religion, mais avec humanisme et respect des vertus humaines.

Bientôt établis à Paris, les talents financiers de Jacques Necker  sont rapidement si bien reconnus  qu'il devient, avec son associé Thelusson, directeur général des finances, poste qu'il va occuper de 1777 à 1781. Cette année là, sa franchise ne lui porte pas chance : sa critique des dépenses publiques et des gaspillages de la cour lui valent son renvoi. Sept ans plus tard, Louis XVI le rappellera au même poste.

La mère de Germaine, de son coté, a tenu un salon dans la capitale, en fait le dernier des grands salons de l'Ancien Régime, où l'on discute amplement littérature, mais aussi politique. Ici les Encyclopédistes côtoient, croisent les Buffon, Diderot, d'Alembert, Grimm, Mably, Raynal, Bernardin de Saint-Pierre, Mme Geoffrin, Mme Du Deffand, etc. Et aussi des amis de Suisse, car les Necker ont l'amitié solide.

Lorsque son père prend pour la première fois la responsabilité des finances du royaume, la petite Germaine n'a que dix ans. Lorsque l'on sait que sa mère l'admet déjà dans son salon, on conçoit l'influence que va avoir sur elle ces rencontres avec tous ces familiers des affaires de l'État, ces ministres, ces diplomates. Bientôt elle va même avoir "son" cercle et conversera dignement avec eux.

Tout ceci n'empêche pas que l'on s'attache à l'éducation de Germaine. Sa mère lui dispense une éducation très soignée, qui dépasse de loin celle qu'on donne aux jeunes filles du même milieu. Germaine apprend l'anglais et le latin, la diction, la musique, la danse ; on l'envoie au théâtre très jeune. Elle lit et écrit beaucoup.  Bientôt, elle  diffère tellement des autres femmes qu'elle déconcerte ses contemporains.

En mai 1784, les Necker achètent le château de Coppet, destiné à jouer un grand rôle dans la vie de leur fille. Germaine ne s'habituera pas tout de suite à ce ui deviendra plus tard son asile.

Le 14 janvier 1786, Germaine Necker épouse Son Excellence Eric Magnus, baron de Staël de Holstein, chevalier de l'Ordre de l'Épée, chambellan de Sa Majesté la Reine de Suède et ambassadeur extraordinaire de Sa Majesté suédoise à la Cour de France. L'heureux époux est de 17 ans l'aîné de l'épousée, mais il est protestant, et les Necker ne veulent pas d'un catholique pour leur fille.

Ce n'est pas vraiment un mariage d'amour et Germaine, sa vie durant, ira chercher le bonheur ailleurs, de Narbonne à Benjamin Constant (elle rencontrera celui-ci dès 1794, à Paris).

De cette union naîtront quatre enfants : Gustavine (1787 - 1789), Auguste (1790 - 1827), Albert (1792 - 1813) et Albertine,  futur duchesse de Broglie (1797 - 1838), celle-ci prendra fin en mai 1802 avec la mort du baron, mais elle lui aura ouvert  les portes de l'aristocratie. Prenant exemple sur sa mère, la nouvelle baronne de Staël-Holstein ouvre un salon qui va bientôt accueillir tout ce qui représente les nouvelles idées, notamment celles venues d'Amérique. Bientôt passeront sa porte, parmi beaucoup d'autres : le marquis de La Fayette, Noailles, Clermont-Tonnerre, Condorcet, et puis, surtout, ses préférés d'alors : Louis de Narbonne (1755-1813), qui sera vite sa première grande passion, Mathieu de Montmorency (1767-1826), à qui elle conservera son amitié sa vie durant, Talleyrand, enfin, le traître à l'amitié.

Bientôt, la passion de l'écriture l'envahit : elle va s'y donner avec passion. Elle s'essaye à tous les genres, dresse des portraits, des amis de ses parents, de son père, compose des pièces de théâtre (en 1790-1791, elle  "publie" : "Sophie ou les sentiments secrets", intime et grave à la fois, et "Jane Gray", tragédie politique comme d'autres, encore inédites, mais qui ont subsisté), collabore à la célèbre Correspondance de Grimm.

Mais sa notoriété se fait jour en 1788. Grâce à un ami de ses parents, et à son insu, le public prend connaissance de ses "Lettres sur J.-J. Rousseau", éloge vibrant du philosophe, sous une forme nouvelle pour l'époque : sa critique est en effet basée, non pas sur des critères abstraits totalement extérieurs à l'œuvre elle-même, mais sur la sympathie qu'elle éprouve à sa lecture. Une critique "de l'intérieur" de l'œuvre elle-même.

Le salon de Mme de Staël devient bientôt un des centres de la vie parisienne. Il se politise aussi Germaine se jetant avec passion dans la politique. Ce qu'elle tentera, sa vie durant, de faire triompher, à savoir la démocratie dont l'Angleterre offre, pour elle l'unique, naît à cette époque.

Grande lectrice de Rousseau, marquée par les idées des Lumières, Germaine de Staël accueille avec joie la Révolution. Le 5 mai 1789, elle assiste à l'ouverture des États-Généraux, dans les places réservées aux familles des ministres.

Pourtant, sa situation, à partir de 1792, devient intenable : elle soutient la monarchie constitutionnelle, se met à dos les républicains et la noblesse. Cette année là, qui voit la chute de la royauté et les massacres de septembre,  les Staël , comme tant d'autres, doivent fuir et rejoindre, en Suisse, à Coppet, ses parents qui l'ont précédée. Mais elle reste fidèle aux idées républicaines comme le montre l'ouvrage qu'elle écrira en 1798 (sans le publier) : "Des circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution et des principes qui doivent fonder la république en France".

Le gouvernement de Thermidor la rassure : elle regagne Paris en mai 1795. Pourra-t-elle, enfin, jouer un rôle actif auprès du gouvernement qui succède à la Terreur ? En fait, on se méfie en haut lieu de cette femme. Sa tolérance est suspecte. Surtout si elle s'enseigne dans un salon, vivier toujours possible pour l'opposition. Alors, le 15 octobre 1795, elle se voit signifier l'ordre de quitter la France. Elle séjourne quelques temps dans la région de Paris, puis se rend en Suisse, en compagnie de Constant, dont elle a fait la connaissance en septembre de l'année précédente.

Le 3 janvier 1798, elle rencontre le général vainqueur de la campagne d'Italie, lors d'une réception organisée, dans le magnifique hôtel Galliffet , par Talleyrand, le nouveau ministre des Relations extérieures, que  Germaine de Staël avait fait rayer de la liste des émigrés et à qui il doit en partie sa nomination (une plaque commémorative apposée au 50 rue de Varennes rappelle cette rencontre). Elle s'est approchée de lui, presque de force, s'est fait nommer, et l'assaille aussitôt de questions. "Général, qu'elle est pour vous la première des femmes ?" - "Celle qui fait le plus d'enfants, Madame " lui répond Bonaparte.

Elle le rencontrera plusieurs fois. Il l'impressionne vivement. Elle imagine que Bonaparte sera le libéral qui fera triompher la liberté, sa liberté, après les échecs de la Révolution. De son coté, Bonaparte est décontenancé par cette femme aux idées si contraires aux siennes. Il ne sait comment se conduire avec elle, reste vague. Mais il la ménage, comme s'il sentait un danger qu'il n'arrive pas à cerner. Germaine revient de ses illusions après le 18 Brumaire et  la promulgation de la Constitution de l'an VIII : c'est dans l'interdit et la clandestinité qu'elle devra continuer son œuvre de philosophie politique.

Peu à peu, la combativité de Madame de Staël se mue en franche opposition. Son salon devient le rendez-vous des mécontents. Le pouvoir s'inquiète. Une femme, la séduction qu'elle exerce autour d'elle - sa liaison avec Benjamin Constant est connue de tous y compris dans l'entourage de Bonaparte - un salon, une puissance non négligeable sont autant de raisons de se méfier. Leur affrontement est celui de deux conceptions du rôle de l'écrivain. D'un coté, c'est la revendication d'une liberté absolue. De l'autre la nécessité, sinon la volonté, d'une remise en ordre de cette liberté.

Le droit absolu de l'écrivain à sa liberté est une idée que le Premier Consul ne peut accepter. Et qui lui fait peur. C'en est trop : il faudrait interdire à l'auteur de publier. Bonaparte commence à voir partout autour de lui l'empreinte de Madame de Staël. Ses principaux rivaux, dont Bernadotte, Moreau et Constant, ne fréquentent-ils pas son salon ? C'est le début d' une lutte permanente, perdue d'avance. Toutes ces idées sociales, politiques et religieuses l'exaspèrent. Le Premier Consul fait savoir à Madame de Staël qu'elle est indésirable dans la capitale; comme elle persiste, il lui donne ordre, le 15 octobre 1803, de se tenir à quarante lieues au moins de Paris (cette "zone d'exclusion" sera maintenue jusqu'en 1810).

Madame de Staël est chassée de France sans recours possible, puisqu'on la tient pour étrangère. Elle voyage beaucoup, mais "sa demeure" est le château de Coppet. Elle publie "Corinne", "De l'Allemagne". Ce drnier contient une critique implicite de la politique napoléonienne. Napoléon voit le danger, interdit le livre le 24 septembre 1810 et le fit détruire. Savary, est alors le tout nouveau ministre de la police, nommé à la place de Fouché. Il fait saisir la totalité de l'édition. Deux mille exemplaires sont brûlés. Par miracle, les manuscrits et plusieurs jeux d'épreuves échapperont à la vigilance policière. "De l'Allemagne" sera publié trois ans plus tard, à Londres.

Elle est de nouveau assignée à résidence à Coppet, dont elle ne doit pas s'éloigner de plus de quatre lieues, étroitement surveillée par la police de Genève, avec interdiction de publier quoi que ce soit. Napoléon fait même écrire à Schlegel pour lui interdire de revoir Madame de Staël. Il empêche le jeune Auguste d'entrer à l'École Polytechnique. Sous le coup de cette condamnation de "De l’Allemagne", Mme de Staël commence les "Dix années d'exil", d'abord conçu comme un violent pamphlet contre l'empereur qui l'écrase de sa toute-puissance. Espionnée, tourmentée sans relâche, réduite à vivre à Coppet et Genève, ne pouvant plus rien publier, elle décide de s'évader de l'Europe napoléonienne.

En 1812, elle s'enfuit avec ses deux enfants, et un jeune officier suisse, grand blessé de la guerre d'Espagne, M. de Rocca, qu'elle épousera secrètement en 1816 et dont elle aura un enfant. Elle gagne d'abord Vienne, Metternich, qui se trouve alors à Dresde, n'est pas vraiment enclin, pour le moment, à déplaire à Napoléon. Il sait ce que celui-ci pense de Madame de Staël.  Il donne instruction à la police viennoise de lui rendre la vie aussi désagréable que possible. Alors elle se rend à Brünn, d'où elle espère, sitôt ses passeports obtenus, passer en Russie, et au terme d'un long périple, elle séjourne à Saint Petersbourg.

Le 24 septembre, elle arrive à Stockholm où l'attend Bernadotte, l'ami de longue date devenu prince héritier de Suède et régent du royaume. La lutte contre l'Empereur prend une nouvelle ampleur. L'enjeu : préserver l'esprit des Lumières. Partout Madame de Staël tente de stimuler l'ardeur des ennemis de Napoléon. Elle va vivre là plusieurs mois (mettant la main à la deuxième partie des "Dix années"), puis elle rejoint l'Angleterre, en juin 1813. Là, elle publie "De l'Allemagne", et travaille aux "Considérations sur la Révolution française". A Londres elle rencontre le futur roi Louis XVIII en qui elle veut voir l'homme capable de réaliser la monarchie constitutionnelle idéale. Lucide, elle perçoit la désastreuse influence que vont avoir sur le roi les émigrés arrogants.

Elle est alors à l'apogée de sa vie, devenant l'inspiratrice d'une politique d'alliance anti-napoléonienne. Son éloquence naturelle se donne libre cours, aidée en cela par ses relations politiques.

Lorsqu'elle rentre en France, c'est pour retrouver un pays humilié, dont le chef va connaître à son tour les affres de l'exil. Abasourdie, elle réussit cependant à survivre et se remet à écrire, dans le secret. En 1813, c'est "Sapho" (1811), qui rappelle le sujet de "Corinne" sur le fond tragique de la femme géniale victime de l'amour, puis, en 1813, ses  "Réflexions sur le suicide" (1813).

Madame de Staël rentre à Paris le 12 mai 1814. Elle reçoit souverains, ministres et généraux. Un soir, elle rend visite, à Malmaison, à Joséphine, déjà très malade. Celle-ci la conduit dans sa galerie de peintures. Elle ne pas vraiment fait preuve de délicatesse à l'égard de l'impératrice, l'interrogeant sur sa vie avec Napoléon, sur leurs habitudes, sur les maîtresses de l'empereur, n'hésitant pas même à lui demander si elle l'aimait encore. La rencontre éprouve Joséphine terriblement.

Germaine se rallie aux Bourbons à regret. Pendant le premier exil de l'Empereur, elle le fera prévenir d'une tentative d'assassinat à son égard. Au moment des Cent-Jours, elle se réfugie à Coppet, refusant de rentrer à Paris. Elle approuve l'Acte Additionnel, mais n'est pas disposer à oublier le passé et la vie que Napoléon lui a fait mener. Pourtant, ce dernier, pour la rallier, lui fait promettre le remboursement des deux millions de livres prêtés au Trésor Royal par son père, et qui lui serait bien utiles pour doter Albertine, sur le point d'épouser de Broglie. Elle hésite un moment, puis termine la négociation et, en septembre, rallie de nouveau les Bourbons.

La fin de sa vie sera occupée à la rédaction des "Considérations sur la Révolution française", qui paraîtront en 1818. Le 21 février 1817, elle est atteinte de paralysie, et meurt le 14 juillet, dans sa cinquante et unième année.

Germaine de Staël repose dans le parc du château de Coppet, au coté de son père Jacques Necker.

 

 

 

Sa demeure le château de Coppet.

 

 

 

facadeSelon une tradition confirmée par un document ancien, la construction du château remonterait à l'époque de Pierre de Savoie, mort en 1268. Elle se serait achevée sous l'un de ses successeurs, les Villars. Dès 1300, le terme de "castellum" ou bourg fortifié apparaît dans les documents de l'époque. Le château avec son donjon dominait les maisons groupées près du lac. Une dérivation de la rivière Versoix, qui prend sa source dans le Jura et se jette dans le lac Léman à Versoix, le Greny, alimentait les fossés qui entouraient les bâtiments et faisait tourner les roues d'un moulin dans le parc. Après les Villars, Humbert d'Allamand, puis Othon de Grandson le poète chevalier, habitèrent Coppet.

Au cours des luttes qui opposèrent les Vaudois aux Bernois, ceux-ci s'emparèrent du château et l'incendièrent en partie. Après sa reconstruction, il fut propriété des seigneurs de Viry, du connétable de Lesdiguières, puis de la puissante famille des princes de Dohna, gouverneurs de la ville d'Orange en France (d'où l'hôtel d'Orange qui subsiste encore à Coppet) dont le philosophe Pierre Bayle fut le précepteur de leurs enfants.

Ce sont eux, puis leur successeurs, les Hogguer, qui ont donné au château son aspect actuel, entre les années 1680 et 1730 environ. Après eux, Gaspard de Smeth fit apposer en 1767 sur le fronton ses armes parlantes : trois fers à cheval (de Smeth =  forgeron).

La renommée du château de Coppet commence en 1784, année de son achat par Jacques Necker, d'origine genevoise, mais ayant fait une magnifique carrière à Paris, où il finit par être choisi par le roi de France Louis XVI pour être son ministre des finances.

Depuis cette époque la maison est restée entre les mains de ses descendants, au premier rang desquels figure sa célèbre fille, Madame de Staël. Après son fils aîné, Auguste, mort jeune, et sa veuve, le château est passé en 1878 entre les mains de la famille d'Haussonville, et l'actuel propriétaire représente la huitième génération depuis Necker et le dixième propriétaire depuis 1784.

Coppet est la seule demeure de la région lémanique encore en mains privées, ayant conservé tous ses meubles, objets d'art, tableaux et souvenirs de famille. Ce n'est pas un musée mais une propriété familiale ouverte au public qui appréciera d'oublier notre époque pendant une heure pour découvrir l'atmosphère des XVIIIème et XIXème siècles.

La cour d'arrivée, à laquelle aboutit une longue avenue de platanes, permet d'apercevoir les tuiles rondes du bourg, les eaux bleues du Léman et les cimes enneigées des Alpes: vaste panorama dont la lumière renouvelle à chaque instant la beauté. Elle est flanquée de deux bâtiments, de chaque côté de la grille, deux fontaines en marbre.

On pénètre sous une voûte et l'on arrive dans la cour d'honneur entourée de trois corps de bâtiments terminés par deux tours. Une grille en fer forgé ouvre sur le parc. Elle est surmontée des initiales N.C., celle de Necker et de son épouse née Suzanne Curchod, surmontée d'une couronne de baron.

La visite commence par le vestibule aux vastes proportions. Une statue en pied de Necker semble accueillir les visiteurs: elle est en marbre de Carrare, datée de 1817, par le sculpteur allemand Tieck à la demande de Mme de Staël dont on connaît l'admiration passionnée pour son père. Le ministre est drapé dans une toge à l'antique.

L'ancienne "grande gallerie", dans laquelle Mme de Staël donnait ses célèbres représentations théâtrales, a été transformée en bibliothèque vers 1818 par son fils. Les vitrines ont gardé leur décoration de style "retour d'Egypte"; elles sont surmontées de bustes d'hommes célèbres: Homère, Virgile, Diderot...

Les livres de Necker et de Mme de Staël ont été légués par Auguste de Staël à son beau-frère, le duc de Broglie, et ont quitté Coppet en 1830. Ils constituent maintenant une partie de la belle bibliothèque du château de Broglie, en Normandie. Les volumes que l'on voit aujourd'hui ont appartenu au comte d'Haussonville et à son fils, tous deux prénommés Othenin et tous deux membres de l'Académie française.

Sur l'une des tables, on remarquera un coffret en acajou portant une large étiquette en maroquin vert sur laquelle on peut lire: "Pièces justificatives du Compte Rendu au Roi au mois de Janvier 1781". Ce compte rendu des dépenses et pensions de la Cour de France, que les courtisans furieux appelèrent par dépit le conte bleu parce que la brochure (qui fut un immense succès de librairie) avait une couverture bleue, fit l'effet d'une bombe puisque l'on pouvait y voir les pensions fabuleuses accordées à certains favoris, en particulier aux amis de la reine, les Polignac. Le roi fut extrêmement irrité, et Necker dut démissionner et abandonner les sages mesures d'économie qu'il avait préconisées.

Madame de Staël est présente dans cette pièce par un buste du sculpteur Tieck, et un portrait par le peintre genevois Massot, "Corinne devant le temple de Tivoli", d'après le grand portrait peint par Madame Vigée-Lebrun, "Corinne au Cap Misène", que Madame de Staël n'avait pas apprécié. Corinne est l'héroïne d'un des romans de Madame de Staël.

Dans la chambre de Madame de Staël on peut y voir son lit, un des plus beaux exemples de l'art des ébénistes français du XVIIIème, blanc et or, orné d'amours, de colombes, de flambeaux, symboles de l'amour, et d'étoiles symboles de la nuit ou de l'étoile polaire puisque son mari était suédois. Il est recouvert de soierie de Lyon ivoire, cerise et verte.

Le bureau en acajou est celui de Necker. Il est surmonté d'un buste de Necker jeune, et d'un beau portrait de Madame Récamier, la belle des belles, l'amie fidèle de Madame de Staël, qui brava les interdits de Napoléon pour venir à Coppet, et fut pour cela frappée d'un ordre d'exil à Châlons-sur-Marne.

L'on accède au premier étage par un bel escalier de pierre à rampe de fer forgé. Depuis le palier on peut admirer un grand portrait de Louis XVI en costume de sacre, par François Callet et son atelier, bordé d'un superbe cadre aux armes royales, avec la mention "donné par le Roy" (à son ministre Necker). On pénètre ensuite dans un petit vestibule d'où la vue s'étend sur les beaux arbres du parc et le Jura lointain. Une pièce d'eau circulaire rappelle que le parc fut autrefois dessiné "à la française".

Certains lieux sont parés d'une séduction particulière; non seulement leur beauté attire le visiteur, mais les souvenirs historiques qu'ils évoquent en augmentent encore l'attrait.

 

 

 

376793365_ec8c2730db

ScreenHunter_01_Mar

376793360_2856207cdc

686182436_90e77ba359

ScreenHunter_02_Mar

685321439_a75c6a596d

686178230_5d466b8ca5

686181330_09036f759b

686177180_e168f2f7aa

685311069_eb3b727f3c

ScreenHunter_03_Mar

685315067_f69ee618e2

686180482_54b24c9981

685311969_0dc25879a7

Cuisine

salleManger

bibliotheque3

chbrestael2

ChbreRecamier

Grandsalon

Grandsalon1

SalonPortrait

Jacques_Necker

stael

 

 

Procurez vous des ouvrages de Madame de Staël

 

 

LOCALISATION DE LA MAISON  :

  

 

 

 

 

Posté par pfck à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2008

Paul Claudel - Brangues

 

Biographie de Paul Claudel.

 

 

 

Paul_Claudel"Il y a une chose plus triste à perdre que la vie, c'est la raison de vivre, plus triste que de perdre ses biens, c'est de perdre son espérance".

 

 

Paul Claudel est né le 6 août 1868 à Villeneuve sur Fère où il a passé son enfance. Issu d'une famille de petite bourgeoisie. Sa sœur Camille Claudel, née en 1864, est le "moteur" de la famille : elle parvient à faire installer sa famille à Paris afin de faire de la sculpture. À l'âge de 18 ans, Paul Claudel connaît deux "chocs" :

* Arthur Rimbaud (1854-1891) : Claudel découvre les "Illuminations" et "Une Saison en enfer"  Il qualifia ce jeune poète de "mystique à l'état sauvage".

* La conversion : Claudel prend conscience de sa foi en assistant en curieux aux vêpres à Notre-Dame de Paris à la Noël 1886. "J'étais debout, près du deuxième pilier, à droite, du côté de la sacristie. Les enfants de la Maîtrise étaient en train de chanter ce que je sus plus tard être le Magnificat. En un instant mon cœur fut touché et je crus".  Sa foi catholique devient dès lors essentielle dans son œuvre qui chantera la création : "De même que Dieu a dit des choses qu'elles soient, le poète redit qu'elles sont".  Cette communion de Claudel avec Dieu a donné ainsi naissance à près de quatre mille pages de textes. Il y professe un véritable partenariat entre Dieu et ses créatures, dans son mystère et dans sa dramaturgie, comme par exemple dans "Le Soulier de satin" et "L'Annonce faite à Marie".

Parallèlement à ses activités d’écrivain, Paul Claudel devait mener pendant près de quarante ans une carrière de diplomate. Reçu en 1890 au petit concours des Affaires étrangères, il fut nommé en 1893 consul suppléant à New York, puis gérant du consulat de Boston en 1894. De la Chine (1895-1909) à Copenhague (1920), en passant par Prague, Francfort, Hambourg (où il se trouvait au moment de la déclaration de guerre) et Rio de Janeiro, ses fonctions le conduisirent à parcourir le monde. C’est au titre d’ambassadeur de France qu’il séjourna à Tokyo (1922-1928), Washington (1928-1933), et enfin à Bruxelles, où il devait achever sa carrière en 1936.

Son œuvre est empreinte d’un lyrisme puissant où s’exprime son christianisme. C’est à la Bible qu’il emprunte sa matière préférée : le verset dont il use autant dans sa poésie "Cinq grandes Odes", ses traités philosophico-poétiques "Connaissance de l’Est", "Art poétique" que dans son théâtre "Partage du Midi". Œuvres de maturité, la trilogie dramatique : "L’Otage",  "Le Pain dur",  "Le Père humilié", puis "L’Annonce faite à Marie", et enfin "Le Soulier de satin", son œuvre capitale, devaient lui apporter une gloire méritée. "Le Soulier de satin", pièce épique et lyrique à la fois, où convergent tous les thèmes claudeliens, et d’une longueur inhabituelle pour la scène, fut représentée à la Comédie française pendant l’Occupation. Mais nul n’en tint rigueur à Claudel, pas plus que de son "Ode au maréchal Pétain", car là aussi sa conversion fut rapide.

Il avait très amèrement ressenti son échec devant Claude Farrère, en 1935, qui apparut à beaucoup comme un scandale. Il devait être, onze ans plus tard, élu à l’Académie française, sans concurrent, le 4 avril 1946, à presque quatre-vingts ans, "l’âge de la puberté académique" comme il se plaisait à dire, par 24 voix au fauteuil de Louis Gillet. Il n’avait effectué aucune des visites rituelles, pas plus qu’il n’avait fait acte de candidature. On lui doit un mot resté célèbre, la première fois qu’il participa à un vote académique : "Mais c’est très amusant, ces élections : on devrait en faire plus souvent ! ".

Paul Claudel meurt à Paris en 1955. Ses derniers mots sont : "qu'on me laisse tranquille, je n'ai pas peur". Sur sa tombe on peut lire : "Ici reposent les restes et la semence de Paul Claudel".

 

 

Brangues sa demeure.

 

 

 

branguesSitué à l'entrée du village de Brangues, et à six kilomètres de Morestel, au coeur d'un parc de 17 hectares, le domaine s'organise autour d'un corps de bâtiment flanqué d'une tour ronde, de communs et d'un élégant pavillon qui servait d'orangerie en bordure de l'allée qui mène au château.
Construit du XIVe au XVIIIe siècle. Son histoire débute avec les Rossillon, puissante famille delphinale, mais qui s'attira les foudres de Louis XI et se fit confisquer ses biens au profil d'Imbert de Barthernay. En 1609, les Gratet, famille de grands parlementaires dauphinois achetèrent le château et le conservèrent jusqu'en 1834. Puis ils le cédèrent au marquis de Quinsonnas et c'est à ses descendants que Paul Claudel acheta le domaine.

C'est en 1927 que Paul Claudel acheta le château de Brangues et y séjourna chaque été avant d'y vivre définitivement à sa retraite, il y reçut les grands de l'époque comme le président Edouard Herriot, l'écrivain François Mauriac....

"Cela m'a fait une curieuse impression, moi, l'éternel exilé, de sentir enfin au-dessus de ma tête un toit qui m'appartient".

Malgré une certaine austérité qui transparaît dans sa chambre et dans son cabinet de travail où seuls les ouvrages religieux ont droit de cité, le Claudel qu'évoquent ses enfants n'a rien à voir avec l'image figée du haut fonctionnaire, chantre des vertus catholiques. Aimant la vie, y baignant par tous les sens, volontiers farceur, ne tenant pas en place, détestant les mondanités, il inspire le respect mais non la crainte. Pour preuve, les enfants se faufilaient dans son bureau pour lire en cachette son journal intime ou sa correspondance. Il aime choisir le mobilier de sa maison qui garde la trace de ses séjours à l'étranger, en particulier au Japon. Sur la cheminée, un buste sculpté par Camille rappelle le destin tragique de sa sœur. Ses livres sont rassemblés dans la grande bibliothèque du 1er étage. Ils seront déposés dans le Centre culturel que souhaitent créer ses proches à Brangues, afin de permettre à cette demeure privée de devenir le foyer de rayonnement de l'œuvre claudélienne.

L'écrivain, meurt à Paris le 23 février 1955 à l'âge de 87 ans, et y repose aujourd'hui dans le parc à l'ombre d'un peuplier, planté par Jean Louis Barrault, (prés de la tombe un jardin japonais, conçu par Olivier Brière, à été inauguré le 7 septembre 2001).

 

 "Brangues, c'est sans doute cette syllabe de bronze monnayée trois fois le jour par l'Angélus, à laquelle mon oreille, à travers ce présent qui est déjà l'avenir, était préparée, pour que, après cette longue enquête poursuivie à travers toute la terre, j'y associe le repos de mes dernières années. Ce fleuve à quoi la rhétorique a bien raison d'assimiler la vie humaine, j'ai maintenant position sur sa berge, et si je suis trop loin pour qu'il m'entraîne de ce courant plein de tourbillons, du moins, tandis que j'arpente d'un pas méditatif cette terrasse ombragée d'une rangée de tilleuls vénérables, on m'a donné un autre Rhône dans le ciel pour que j'en accompagne depuis l'entrée jusqu'à la sortie la mélodie intarissable. Je parle de cette exposition raisonnable, de cette puissante ondulation de collines prosodiques, se relevant et s'abaissant comme une phrase, comme un vers de Virgile, comme une période de Bossuet, que ponctuent çà et là la tache blanche d'un mur de ferme, l'humble feu maintenu à travers bien des siècles d'un groupe de foyers. Ce mouvement immobile, cette ligne en pèlerinage vers l'infini, comme elle parle à mes yeux, comme elle chante ! Que de souvenirs elle amène, et vers quelles promesses encore elle m'entraînerait, s'il n'y avait derrière moi ce gros château plein d'enfants et de petits-enfants qui me dit : C'est fini, maintenant, voyageur ! et vois la forte maison pour toujours avec qui tu as choisi de te marier par-devant notaire !
Cela ne m'empêche pas, quelques enjambées suffisent, d'aller vérifier de temps en temps le fleuve dont la présence invisible et la mélopée diffuse emplit l'heure diaprée du matin et solennelle de l'après-midi, et boire une gorgée vivifiante à son onde glacée. Le psaume nous dit, et l'on m'a posté ici pour témoigner que c'est vrai, que sa source est " dans les montagnes saintes ", dans le pays de la pierre éternelle et des neiges immaculées ! et quand le soir vient, quel azur ineffable charrie vers mon attention béante cette froide nymphe, quelle nacre, quelle dissolution de rose et de safran, quel torrent de pivoines écarlates et de sombre cuivre ! Chante, rossignol de juin ! et que l'aile coupante de l'hirondelle, que le chant nostalgique du coucou se mêle à ces îles de gravier, à ces saules décolorés auxquels le vieux poète pour toujours a suspendu sa harpe ! Il fait semblant de rester immobile aujourd'hui, mais il est content de voir que tout marche joyeusement et triomphalement autour de lui, non seulement le fleuve, dont il est écrit que la poussée irrésistible ne cesse de réjouir la cité de Dieu, mais la vallée tout entière avec ses villes, ses villages et ses cultures, comme une partition pompeuse ! Tout cela vient de l'orient et s'en va à grand étalage de silence vers l'horizon. Et, doublant la montagne et le fleuve, il y a pour leur indiquer le chemin d'une procession à l'infini, des peupliers. Vieux Pan ! tu auras beau courir, tu n'en auras jamais fini d'épuiser cette Syrinx en fuite ; cette ribambelle à l'infini de tuyaux dont les groupes et les indications verticales donnent repère et rythme aux avancements calculés du regard et qui sont comme la perspective des barres et des notes sur les parallèles de la portée. Je n'ai plus besoin comme aux jours de ma jeunesse de dépouiller mes vêtements pour me mettre à la nage au milieu de cette magnificence symphonique et pour ajouter ma brasse à ce courant à la fois comme le bonheur invincible et persuasif. J'ai épousé pour toujours ce bienheureux andante ! J'ai besoin de cet allègement, de ce recommencement sous mon corps, liquide, de l'éternité, j'ai besoin de cette invitation inépuisable à partir pour constater que je n'ai pas cessé d'être bienheureusement à la même place.`
Alors salut, étoile du soir ! Il y a pour t'indiquer pensivement dans le ciel, au fond du parc, dans le coin le plus reculé de mon jardin, un long peuplier mince, comme un cierge, comme un acte de foi, comme un acte d'amour ! C'est là, sous un vieux mur tapissé de mousses et de capillaires, que j'ai marqué ma place. C'est là, à peine séparé de la campagne et de ses travaux, que je reposerai, à côté de ce petit enfant innocent que j'ai perdu, et sur la tombe de qui je viens souvent égrener mon chapelet. Et le Rhône aussi, il ne s'interrompt pas de dire son chapelet, son glauque rosaire, d'où s'échappe de temps en temps l'exclamation lyrique d'un gros poisson, et n'est-ce pas Marie dans le ciel, cette étoile resplendissante ? cette planète, victorieuse de la mort, que je ne cesse pas de contempler ?"

Le château n'est pas ouvert à la visite. Il est cependant tout à fait possible de se rendre sur la tombe de l'écrivain qui est au fond du parc. On y accède par un chemin creux. Celui-ci permet également de faire, assez agréablement, le tour du domaine.

 

 

 

10850419_48b54f6c94

1342703692_4d796eb3a8

1342708182_e77c2ac79e

486834756_602e0e438d

1342699450_0462ddc006

486978701_07ce4dbfb6

tombeclaudel

tombeclaudel2

tombeclaudel3

tombeclaudel4

tombeclaudel5

tombeclaudel6

20061214_042_Brangues

 

 

 Archives de l'INA.

 

Procurez vous des ouvrages de Paul Claudel

 

 LOCALISATION DE LA MAISON  :

 

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 18:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


14 mars 2008

Alain-Fournier - Epineuil Le Fleuriel

Biographie d'Alain-Fournier.

 

 

"Peut être quand nous mourrons, peut être la mort seule nous donnera la clef et la suite de cette aventure manquée".

 

Alain_FournierAlain-Fournier naît le 3 octobre 1886 sous le nom d'Henri-Alban Fournier (il prendra en littérature le demi-pseudonyme d'Alain-Fournier) à la Chapelle-d'Angillon (Cher, France). Fils d'instituteurs, il passe son enfance dans le sud du Berry.

En 1891, son père est nommé à l'école d'Epineuil-le-Fleuriel. Alain-Fournier y sera son élève jusqu'en 1898, avant d'entrer en sixième, comme pensionnaire au lycée Voltaire à Paris. En 1901 il songe à devenir marin et rentre en seconde au lycée de Brest pour se préparer à l'Ecole Navale. Finalement, il renonce à ce projet.

En janvier 1903, il passe son baccalauréat au lycée de Bourges et, en octobre, va préparer l'Ecole Normale Supérieure au lycée Lakanal à Sceaux. C'est là qu'il rencontre Jacques Rivière qui devient son meilleur ami (puis son beau-frère lorsqu'il épousera, en 1909, sa sœur Isabelle, de trois ans sa cadette). Ils échangeront jusqu'en 1914 une importante et passionnante correspondance, dans laquelle revit l'ardeur de leurs préoccupations intellectuelles, sentimentales et spirituelles.

En 1905, Alain-Fournier rencontre cette jeune femme qui illumine sa vie et qu'il n'oubliera jamais. Ce jour du 1er juin, il la suit sur le Cours-la-Reine, puis sur un bateau mouche où elle s'embarque et enfin l'accompagne à distance jusqu'à sa maison du boulevard Saint Germain. Il revient plusieurs fois sous ses fenêtres et sa persévérance sera récompensée.

Le 10 juin, il aperçoit derrière la vitre le visage de la jeune fille. Surprise, mais souriante. Le lendemain 11 juin, jour de la Pentecôte, il est encore là, tôt le matin et la jeune fille sort de cette maison, un livre de prières à la main. Avant qu'elle ne monte dans le tramway il l'accoste et murmure : "Vous êtes belle". Rabroué mais non dépité, il la suit jusqu'à l'église Saint-Germain des Prés. A la fin de la messe, il l'aborde à nouveau et c'est "la grande, belle, étrange et mystérieuse conversation" entre deux êtres qui, jusqu'au pont des Invalides vont laisser vivre leur rêve. Avant de se perdre dans la foule, elle se retourne vers celui qu'elle vient de quitter et à qui elle a demandé de ne pas la suivre. Une dernière fois, elle le regarde longuement.

 

 

En 1906, le jour anniversaire de l'Ascension, Alain-Fournier guette vainement la jeune femme sur Le Cours-la-Reine et confie le soir même à Jacques Rivière : "Elle n'est pas venue. D'ailleurs fut-elle venue, qu'elle n'aurait pas été la même". Cette année-là, il échoue au concours d'entrée à l'Ecole Normale.

En 1907, au terme d'une ultime année de Khâgne au lycée Louis Le Grand, il échoue de nouveau à l'Ecole Normale. Il apprend également le récent mariage de la jeune femme (Yvonne de Quiévrecourt).

En 1908, Alain-Fournier fait son service militaire : après le peloton d'élève-officier à Laval, il est nommé sous-lieutenant à Mirande (Gers). Toujours hanté par le souvenir d'Yvonne, il écrit quelques poèmes et essais qui seront repris plus tard sous le titre "Miracles".

En 1910, son service militaire terminé, Alain-Fournier cherche un emploi et trouve, en avril, un poste de rédacteur à "Paris-Journal". Il a une liaison avec Jeanne Bruneau (originaire de Bourges), une modiste de la rue Chanoinesse. Il se donne tout entier à elle, mais elle ne le comprend pas. Le 19 octobre, il écrit à Jacques et sa sœur : "C'est fini". Ils se reverront pourtant et la rupture définitive ne se produira qu'au mois d'avril 1912. Alain-Fournier confiera dans sa correspondance : "J'ai fait tout cela pour me prouver à moi-même que je n'avais pas trouvé l'amour". Dès lors, Alain-Fournier s'installe rue Cassini et se lance dans l'écriture du "Grand Meaulnes".

En 1912, il quitte la rédaction de "Paris-Journal" et devient le secrétaire de Claude Casimir-Perier, avant d'entamer avec la femme de ce dernier, la célèbre actrice Madame Simone (de son vrai nom Pauline Benda) une liaison plutôt orageuse.

 

Au début de 1913, Alain-Fournier achève "Le Grand Meaulnes" qui paraît d'abord en feuilleton dans "La Nouvelle Revue française", puis en volume chez Emile-Paul. Sélectionné pour le prix Goncourt, "Le Grand Meaulnes" obtient cinq voix au dixième tour de scrutin (alors qu'il lui en suffisait de six pour avoir le prix). Pourtant, au onzième tour, c'est "Le Peuple de la Mer" de Marc Elder qui décroche le Goncourt.

A fin juillet 1913, huit ans après l'épisode du Grand Palais, Alain-Fournier rencontre une dernière fois Yvonne, grâce à la sœur de celle-ci, Jeanne de Quiévrecourt. Yvonne de Vaugrigneuse est désormais mère de deux enfants. Alain-Fournier la quitte donc pour toujours et noie son chagrin auprès de Madame Simone.

En début d'année 1914, Alain-Fournier ébauche une pièce de théâtre, "La maison dans la forêt", et commence un nouveau roman, "Colombe Blanchet", qui restera inachevé.

Mobilisé dès la déclaration de guerre, en août, Alain Fournier rejoint le front comme lieutenant d'infanterie. Le 22 septembre, il est tué dans le bois de Saint-Remy, près de Saint-Remy la Calonne, à la tête d'une section d'infanterie. Il n'avait pas encore vingt-huit ans. Porté disparu avec vingt de ses compagnons d'armes, son corps a été découvert dans une fosse commune où les Allemands l'avaient enterré. Il a été identifié en novembre 1991 et est maintenant inhumé dans le cimetière militaire de Saint-Remy la Calonne (Meuse).

Alain-Fournier transpose dans "Le Grand Meaulnes" les souvenirs de son enfance, de son adolescence et de sa brève idylle. Comme Eugène Fromentin dans "Dominique", ou Gérard de Nerval dans "Sylvie", il mêle aux notations réalistes la poésie née de son existence intérieure. Il donne une forme à d'anciens rêves, décrit les séductions de l'aventure, la ferveur du premier amour; il laisse aussi entrevoir les déceptions qu'apporte la vie et suggère qu'il est impossible à l'homme de préserver l'idéal imaginé dans l'élan de la jeunesse :

"Le héros de mon livre est un homme dont l'enfance fut trop belle. Pendant toute son adolescence, il la traîne après lui. Par instants, il semble que tout ce paradis imaginaire qui fut le monde de son enfance va surgir. Mais il sait déjà que ce paradis ne peut plus être. Il a renoncé au bonheur". (Lettre à Jacques Rivière, 4 avril 1910.)

 

 

 

 

Epineuil Le Fleuriel sa maison.

 

 

 

 

epineuilEpineuil-le-Fleuriel, le pays des épines fleuries… En 1891, lorsque les parents Fournier, venant de La Chapelle d’Angillon, s’installent à Epineuil pour y occuper les fonctions d’instituteurs et de secrétaires de mairie, ce village n’est qu’un petit village berrichon comme les autres. L’école, le logement de fonction des Fournier ainsi que la mairie sont des lieux austères et même pauvres.

En 1891, Henri Fournier a cinq ans. Il vit à Épineuil sept années durant lesquelles le village et ses alentours vont nourrir sa sensibilité, sa mémoire et son imagination à un tel point qu’ils vont devenir en 1912 (deux ans avant sa mort) des lieux habités par certains des personnages extraordinaires du "Grand Meaulnes", en particulier François Seurel et Augustin Meaulnes.

Contractant les distances (quatorze kilomètres séparent Épineuil de La Chapelle d’Angillon dans le roman, une centaine en réalité), déplaçant certains lieux, modifiant leurs noms, l’écrivain recrée une géographie sans rien inventer. "Dans le Grand Meaulnes, dit Isabelle, sa soeur, tout est réel et on peut visiter à pied 31 chapitres du livre, soit à l’école, soit autour de l’école."

À Épineuil aujourd’hui, on peut en effet retrouver les lieux du roman autour du lieu central qu’est la maison-école où Henri a été élève de ses parents entre 1891 et 1898.
Lorsque l’on pénètre dans l’école, on trouve au rez-de-chaussée la classe de Madame Fournier et la "grande classe" de Monsieur Fournier (l’école accueillait cent quatorze élèves dans ses deux classes). La place d’Henri était à la première table, près de la fenêtre du jardin. Au fond de la classe, une porte conduit à l’appartement composé de la cuisine, de la salle à manger, du "salon rouge", interdit à Henri et à Isabelle et réservé à l’accueil des grands-parents pour Noël, et de la chambre des parents, qui est également celle d’Isabelle. L’escalier qui part de la cuisine mène au grenier où, à côté des cartes murales, des panneaux sur les saisons de l’année et autres objets de cours, se trouve la chambre d’Henri, très froide l’hiver, très chaude l’été. La porte à petits carreaux ne ferme toujours pas.

Si les courants d’air risquent un peu moins aujourd’hui qu’hier de souffler une bougie, le pauvre mobilier et la lucarne qui ne s’ouvre que sur le ciel ne laissent d’autre issue que de se réfugier dans l’imaginaire…

 

673849973_5c760da290

Ecole_facade

1288907430_ce0e36c298

673853215_5220813874

salle_classe

salon_rouge1

mansarde_eclairee

 

 

Pour poursuivre votre visite, consultez le blog de monsieur Michel Baranger,  ancien secrétaire de l'Association des amis
de Jacques Rivière et d'Alain-Fournier,membre de la Fédération des maisons d'écrivain & des patrimoines littéraires ici.

 

Procurez vous des  ouvrages d'Alain Fournier

 

LOCALISATION DE LA MAISON  :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2008

Madame de Sévigné - Chateau des Rochers

 

Biographie de Madame de Sévigné.

 

 

 

"La vie est pleine de choses qui blessent le coeur".

 

 

sevigneNée dans les milieux aisés de la noblesse et de la finance le 5 février 1626, la jeune Marie de Rabutin Chantal est orpheline dès l'âge de sept ans. Elle est recueillie par sa famille maternelle et reçoit une éducation très poussée, essentiellement littéraire : elle apprend le latin, l'espagnol, et l'italien. Comme Madeleine de Scudéry, elle est avide de culture, mais n'en fera jamais étalage et saura rester simple.

Elle devient marquise de Sévigné en 1624. Mais son mari est volage, joueur, n'hésite pas à se battre. Il meurt dans un duel pour une autre femme en 1651, laissant à la charge de son épouse deux enfants à élever et des dettes à régler. Madame de Sévigné est belle, a de l'esprit, et est très appréciée à la Cour où elle est entrée sept ans plus tôt. C'est une jeune femme à la mode dont la compagnie est recherchée. Elle se constitue un cercle d'amis parmi lesquels figurent Madame de La Fayette, Fouquet, célèbre ministre, La Rochefoucauld, La Grande Demoiselle.

Madame de Sévigné se consacre de plus en plus à ses enfants et particulièrement à sa fille. En 1669, "la plus jolie fille de France" se marie. Les époux, la mère et son fils vivent dans un hôtel particulier loué en plein Paris. Mais, un an plus tard, Grignan, le beau fils de Madame de Sévigné, est nommé lieutenant général du roi en Provence. C'est une douloureuse séparation pour l'écrivain qui voit partir sa fille. Elle lui écrit donc régulièrement, plusieurs fois par semaines, tout en poursuivant parallèlement sa correspondance avec son cousin, le comte de Bussy. Elle visite couramment sa fille, et c'est en Provence qu'elle meurt le 17 avril 1696.

L'originalité de son œuvre repose sur deux points importants : tout d'abord, celle que nous considérons aujourd'hui comme la maîtresse de l'art épistolaire au XVIIe siècle, n'a jamais souhaité que ses lettres soient divulguées en dehors du cadre privé ou des salons (où elle était lue et très appréciée), elle est devenue en quelque sorte un "écrivain malgré elle". Le second point marquant de ces lettres, c'est qu'elles ne sont pas exclusivement destinées à des mondains, contrairement à la correspondance de Voiture ou Balzac. Bussy publia un recueil en 1697 dans lequel figuraient les "Lettres" de Madame de Sévigné, mais elles ne seront publiées séparément qu'en 1726.

 

 

Le château des Rochers sa demeure.

 

 

 

44086Le château des Rochers-Sévigné, ancienne résidence bretonne de Madame de Sévigné, est un manoir gothique du XVe siècle situé à proximité de Vitré en Ille-et-Vilaine.

Le petit château a été édifié sur une colline rocheuse – d'où il tire son nom – par les ancêtres d'Henri de Sévigné, aristocrate breton, qui épousa en 1644 Marie de Rabutin-Chantal, future Marquise de Sévigné. La demeure est bâtie selon un plan en L et possède deux tours. On y trouve également une chapelle octogonale, construite par la Marquise en 1671 pour l'abbé de Coulanges, nommé le "Bien-Bon", qui était son cousin, des écuries et des communs ajoutés au XVIIIe siècle.

Le jardin à la française a été créé en 1689 et restauré en 1982. L'ensemble est bordé d'un parc boisé dont les allées ont toutes été baptisées par la Marquise. Madame de Sévigné, qui possédait plusieurs domaines, séjourna longuement au château des Rochers après la mort de son mari. C'est dans cette demeure qu'elle écrivit nombre de ses fameuses lettres adressées à sa fille, Madame de Grignan.Un élément du jardin attire l'attention, c’est le mur en forme d’arc de cercle. Celui-ci possède une particularité. En effet, lorsqu’une personne se place sur une dalle et qu’elle se met à parler, la forme arrondie du mur provoque un écho. La comtesse s’en servait pour faire des lectures à sa fille.

Les visiteurs accèdent ensuite à une tour du château. Celle-ci date du XIVème siècle et fait partie des plus anciennes parties de l’édifice. Bien que cette tour ait plus de 6 siècles, son intérieur relève, lui, du XIXème siècle. Après avoir monté des escaliers, l'on arrive dans une salle dans laquelle sont entreposés des objets ayant appartenus à Madame de Sévigné. Là on peut admirer l’un de ses portraits en pied, ainsi qu’une peinture représentant son fils Charles. Sur une autre toile, figure la petite fille de la comtesse. C’est elle qui autorisa la publication des lettres écrites par sa grand-mère à sa mère. Dans une vitrine sont également exposés un nécessaire de toilette, un nécessaire d’écriture et un encrier.

La visite se poursuit par la chapelle du château. Celle-ci, de forme octogonale, fut construite au XVIIème. La première messe y fut célébrée en 1675. Son décor intérieur est, quant à lui, de style XIXème et le mobilier du XVIIIème.

Ensuite l'on passe dans la cour du château. Hélas, celui-ci a subi de nombreuses modifications, au fil des siècles, et il est aujourd’hui difficile d’imaginer la forme en "L" qu’il avait à l’origine. La propriété appartient encore aux lointains descendants des Sévigné.

 

800px_Castle_Rochers_Sevigne1

450px_Castle_Rochers_Sevigne2

100_1518

100_1508

100_1520

100_1527

100_1540

100_1539

100_1535

100_1519

100_1511

100_1538

100_1522

100_1524

100_1526

100_1528

100_1529

100_1530

100_1537

100_1536

100_1532

100_1512

100_1515

100_1516

 

 

Procurez vous des ouvrages de Madame de Sévigné

 

LOCALISATION DE LA MAISON :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 15:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 mars 2008

Arthur Rimbaud - Charleville Mézières

 

Biographie d'Arthur Rimbaud.

 

 

 

"Si stupide que soit son existence, l'homme s'y rattache toujours" .

 

 

 

Arthur_RimbaudJean-Nicolas-Arthur Rimbaud naît à Charleville, France, le 20 octobre 1854. Dès l'âge de huit ans, Rimbaud fréquente l'Institut privé Rossat, à Charleville. En 1865, il entre au collège. C'est sur les bancs du collège qu'il rencontre Ernest Delahaye avec qui il noue des liens d'amitié qui se prolongeront toute sa vie. Au collège, Arthur se révèle vite être un "fort en thème" remarqué et encouragé par ses professeurs.

Entré en classe de rhétorique en 1870, il rencontre Georges Izambard. Cet enseignant lui fait lire Victor Hugo, Théodore de Banville, Rabelais et lui ouvre sa bibliothèque. La mère de Rimbaud n'apprécie pas l'amitié entre le jeune garçon et le professeur: elle ne correspond pas à l'éducation stricte qu'elle entend donner à ses enfants. En mai, démangé par le désir de gloire littéraire, le jeune Arthur envoie au prince impérial des hexamètres en latin, puis une lettre à Banville pour solliciter une place au Parnasse contemporain. À la fin du mois d'août, Rimbaud quitte brusquement Charleville pour gagner Paris. Le 19 juillet, la France entre en guerre contre la Prusse: Rimbaud espère sans doute assister à la chute de l'empereur, affaibli par la bataille de Sarrebrück. Il est arrêté dès son arrivée dans la capitale. Il appelle Izambard à l'aide. Le professeur parvient à gagner Paris, fait libérer le jeune homme et le reconduit à Charleville à la fin du mois de septembre. En 1871, il rencontre Auguste Bretagne, employé aux contributions. Passionné de poésie, féru d'occultisme et buveur d'absinthe, Bretagne encourage le jeune poète à écrire à Verlaine. Ce dernier s'enthousiasme pour les textes de Rimbaud et les diffuse dans son cercle d'amis. Il prie Rimbaud de le rejoindre à Paris. À la fin du mois de septembre, "Le Bateau ivre" en poche, Rimbaud débarque dans la capitale et loge chez les parents de Mathilde, la femme de Verlaine. Les beaux-parents de Verlaine font grise mine à ce rustaud qui mange malproprement. Mais Verlaine partout le traîne, au café, aux dîners des écrivains et artistes qui se surnommaient eux-mêmes "Vilains Bonshommes". Cette amitié va désunir le ménage Verlaine. Les deux poètes hantent les cafés du Quartier Latin. Ils mènent une vie dissolue, de provocation en beuverie. Mathilde Verlaine, excédée, quitte Paris pour Périgueux avec son fils. Verlaine, troublé par ce départ, écrit à sa femme une lettre suppliante. Mathilde lui fait savoir qu'elle n'acceptera de rentrer que si Rimbaud est renvoyé.

En mars 1872, Rimbaud regagne les Ardennes mais Verlaine parvient à le faire revenir à Paris en mai. Il ne loge plus chez les Verlaine, mais dans une chambre rue Monsieur-le-Prince, puis à l'hôtel de Cluny. Le 7 juillet, les deux vagabonds, "laeti et errabundi", partent pour la Belgique. Début septembre, Rimbaud et Verlaine sont en Angleterre. Leur misère est grande et Verlaine est préoccupé par le procès en séparation de corps que Mathilde vient de lui intenter. En décembre, après des scènes de plus en plus violentes Verlaine abandonne Rimbaud qui retourne dans encore une fois dans les Ardennes

Janvier 1873. Rimbaud reçoit une lettre de Verlaine qui se dit malade et mourant de désespoir à Londres. La mère de Paul, toujours prompte à tout faire pour son fils, se rend à son chevet; elle offre à Rimbaud l'argent du voyage. En avril, Verlaine et Rimbaud passent d'Angleterre en Belgique. Peu après, il rentre à la ferme familiale de Roche. Il commence à rédiger "Une saison en enfer". Rimbaud s'ennuie à Roche, il y rencontre de temps en temps Delahaye et Verlaine à Bouillon, à la frontière franco-belge. C'est là que Verlaine l'entraîne à nouveau vers l'Angleterre, à la fin du mois de mai. Les deux hommes se querellent et Paul prend au début du mois de juillet l'initiative d'une rupture. Il laisse Rimbaud sans un sou à Londres et gagne la Belgique, espérant renouer avec sa femme. L'échec de cette tentative de réconciliation le conduit à rappeler Rimbaud auprès de lui à Bruxelles, mais les deux hommes se querellent encore. Verlaine tire deux coups de feu sur son ami qu'il blesse au poignet. Rimbaud est conduit par Verlaine et sa mère à l'hôpital Saint-Jean où il est soigné. En vain, Rimbaud renonce-t-il à porter plainte, mais l'affaire est aux mains de la justice belge. On trouve sur Paul Verlaine des lettres et des poèmes qui ne laissent aux magistrats belges que peu de doute sur la nature de l'amitié qui unit les deux poètes. Tandis que Verlaine écope de deux ans de prison Rimbaud rentre chez sa mère et achève le "Livre nègre". Comme il n'est que légèrement blessé: il sort de l'hôpital le 20 juillet.

En mars 1874, le poète se trouve à Londres en compagnie de Germain Nouveau, un ancien du cercle zutique qui l'aide à copier ses poèmes "Illuminations", mais ce dernier décide bientôt de rentrer à Paris; Rimbaud se retrouve seul et désemparé. Il donne des leçons de français puis se résigne à retourner dans les Ardennes. RPuis il part pour l'Allemagne en 1875 et est embauché comme précepteur à Stuttgart. Verlaine vient de sortir de prison. Il voudrait renouer avec lui, mais aussi "sauver son âme". Irrité par l'attitude catéchisée de Verlaine, Arthur le rosse et le renvoie au bout de deux jours.

Rimbaud parcourt l'Europe en 1877-78, en quête de quoi? De travail, ou de soi-même? Vienne, la Hollande, la Suède, Hambourg, la Suisse, le Saint-Gothard, qu'il franchit à pied. Lorsqu'il arrive à Milan, il est malade et doit s'arrêter. Rimbaud reprend en juin sa route vers le sud peut-être pour embarquer vers l'Afrique. Terrassé par une insolation sur la route de Livourne à Sienne, il est rapatrié à Marseille par le consulat français. Il rêve de s'enrôler dans l'armée carliste, mais ne donne pas suite à son projet et remonte à Paris en juillet. Il retrouve Charleville en Octobre. De ce passage dans les Ardennes, on a conservé la dernière manifestation poétique de Rimbaud: "Rêve", un texte inclus dans une lettre à Ernest Delahaye. À la fin de l'année il gagne l'Île de Chypre où il trouve un emploi de surveillant de chantier.

En juin 1879, Rimbaud, épuisé par une fièvre typhoïde, regagne précipitamment la France. Il revient à Roche où il se soigne et travaille à la ferme. A Delahaye qui lui rend visite, Rimbaud dit son détachement de la littérature: "Je ne pense plus à ça". Il regagne Chypre au printemps 1980 et est embauché dans une entreprise chargée d'édifier un palais destiné au gouverneur britannique. Mais Rimbaud démissionne de son poste et quitte l'île en juillet, s'embarque pour l'Egypte et gagne Aden en août. Il trouve un emploi à la maison Viannay, Mazeran, Bardey et Cie, spécialisée dans le commerce des peaux et du café. Bardey vient d'ouvrir une succursale à Harar: Rimbaud accepte de s'en charger et arrive le 13 décembre à Harar après avoir traversé à cheval le désert somali.

En 1881, Rimbaud est acheteur pour la maison Bardey. Après une période d'enthousiasme, il commence à s'ennuyer, se plaint du climat, se heurte à la jalousie des négociants. Il charge sa mère de lui faire parvenir des ouvrages techniques, des instruments, un appareil photographique. Il rêve de culture scientifique. Il étudie l'arabe et divers parlers indigènes, la géographie, les arts de l'ingénieur et de l'explorateur. En juin-juillet, expédition à Bubassa, qui le fatigue et le rend malade. Rimbaud se lasse de Harar, s'exaspère des retards du courrier, a des ennuis avec ses patrons. Il quitte la ville pour Aden en décembre.

En 1883, Rimbaud repart d'Aden pour Harar où Bardey le charge d'entreprendre des explorations dans le Somali et le pays Galla. Rimbaud décide alors de reconnaître l'Ogaden qui est encore mal connu. Il y pénètre en août et rédige peu après un rapport d'ensemble sur la région. Cette étude sera publiée l'année suivante dans le bulletin de la Société de Géographie La fortune tarde à venir: Rimbaud se voit découvreur, explorateur, bâtisseur. Il continue à commander dans ses lettres à sa famille (et surtout à sa mère) des manuels et du matériel technique tout en donnant des instructions sur le placement de ses économies. Le poète devenu commerçant sans succès semble, tout en se plaignant de sa situation à ses employeurs, se plaire à imaginer une vie de rentier, il pense même à se marier!

En janvier 1885, Rimbaud signe en janvier un nouveau contrat d'un an avec Bardey. Lorsque, en octobre, il entend parler d'une affaire d'importation d'armes dans le Choa, il dénonce son contrat et s'engage dans l'aventure. Il s'agit de revendre cinq fois plus cher à Ménélik, roi du Choa, des fusils d'un modèle devenu obsolète en Europe, achetés à Liège. Parti en novembre pour Tadjourah prendre livraison des fusils et organiser une caravane qui les acheminera jusqu'au roi, Rimbaud est bloqué plusieurs mois par une grève des chameliers. Rimbaud arrive à Ankober le 6 février 1887, mais le roi est absent. Il doit gagner Antotto à 120 kilomètres de là. Le roi l'y reçoit, accepte les fusils mais fait des difficultés au moment de payer; il entend déduire de la facture les sommes que Labatut mort récemment d'un cancer lui devait, et invite Rimbaud à se faire régler le reste par Makonen, le nouveau gouverneur de Harar. Rimbaud fait donc route vers Harar, avec l'explorateur Jules Borelli. Il parvient à se faire payer par Makonen, mais il n'a rien gagné sinon, comme il l'écrit au vice-consul de France à Aden le 30 juillet, "vingt et un mois de fatigues atroces". Financièrement, l'expédition est un échec. Rimbaud ignore que, pendant ce temps, La Vogue publie en France des vers de lui et une grande partie des "Illuminations". À la fin du mois de juillet 1887, il part au Caire pour se reposer; Rimbaud est épuisé, vieilli, malade. "J'ai les cheveux absolument gris. Je me figure que mon existence périclite", écrit-il à sa famille dans une lettre du 23 août. Dans une lettre au directeur d'un journal local, le Bosphore égyptien, il raconte son voyage en Abyssinie et au Harar.

De 1888 à 1891, Rimbaud se résout donc à reprendre son ancien métier: gérant au Harar d'une factorerie, pour le compte de la maison Tian. En février 1891, il perçoit les premières douleurs du mal qu'on essaya d'appeler cancer, mais qui était d'origine syphilitique. Il s'embarque pour Aden. Le 9 mai, il se fait rapatrier. Amputé de la jambe droite le 9 mai 1891, à Marseille, il y reviendra mourir après une bref séjour à Roche: ce qu'il croyait une convalescence. Isabelle, sa soeur, l'assistera jusqu'à sa mort.

Rimbaud meurt à trente-sept ans, le 10 novembre 1891, au moment même où les lettrés s'arrachent les exemplaires non mutilés du "Reliquaire", le recueil de ses premiers poèmes. Depuis sept ans on parlait beaucoup de lui, grâce à Verlaine qui le lança dans les "Poètes maudits", et publia les "Illuminations" dans la Vogue.

 

 

 

Charleville Mézières sa maison.

 

 

 

294748375_cb8f550b52Le 20 octobre 2004, jour du 150 ème anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud, la ville de Charleville Mézières a rendu un hommage particulier à son enfant rebelle. A cette occasion a été inaugurée la maison Rimbaud, où l'adolescent fugueur vécut de 1869 à 1875, entre deux voyages à Paris, Londres et Bruxelles (pour ne citer qu'elles). La demeure de Rimbaud se propose de conter les différents voyages du poète, à la fois réels et imaginaires.

En 1869, la famille Rimbaud emménage au premier étage d'un petit immeuble sur les quais de la Meuse, aujourd'hui le 7 quai Arthur Rimbaud, où elle vivra jusqu'en 1875. En 1869, Arthur Rimbaud a 15 ans, il compose des vers latins avec une virtuosité qui stupéfie ses professeurs. Il écrit ses premiers vers en français "Les Etrennes des orphelins". Quatre ans plus tard, après la publication "d'une saison en enfer", il renonce à la littérature. Il n'écrira plus.

Cette maison d'un style "second Empire" est élevée en pierres de tailles, agrémentée d'une corniche à consoles, de baies moulurées dont le linteau est orné d'agrafes et de crossettes, la façade du rez-de-chaussée présente un décor à refends, les deux balcons soutenus par des consoles se parent de rambardes en fer forgé très ouvragées.

C'est dans cette maison qu'il vécut "ses fugues d'enfer" jusqu'en 1875, ne cessant d'en partir, toujours plus loin,  et d'y revenir, alors qu'il composait l'essentiel de son oeuvre. La vieille bâtisse familiale et ses neuf pièces, ont été aménagées en une originale "Maison des Ailleurs". Cette maison d'écrivain, "absolument moderne" n'offre pas au public ce qu'on s'attend habituellement à trouver dans un musée, à savoir, portraits, meubles, reliques, manuscrits et autres objets cultes figeant généralement l'auteur dans son époque. La Maison des Ailleurs offre elle, seulement des ambiances, des nappes d'images et de sons, embarquant les visiteurs dans un imaginaire et un univers poétique rimbaldien plutôt que dans des reconstitutions matérielles trop concrètes. Chaque pièce, oeuvre scénographique de plusieurs compositeurs, écrivains, plasticiens et vidéastes contemporains sous la houlette de l'agence Gulliver Design, se veut station d'un voyage sensoriel, à Londres, à Stuttgart, à Bruxelles, à Marseille, à Harar. Plans, couleurs, bruits de villes, paroles, poèmes, le parcours n'immobilise pas le visiteur à Charleville Mézières, mais l'emmène ailleurs, en rimbaldie.

* au rez-de-chaussée, dans les pièces consacrées à l’attente, à Marseille et à la mort de Rimbaud, le compositeur Frédéric Minière qui a réalisé de nombreuses musiques de scène, propose deux bandes sonores, la première étant une invitation au voyage et la deuxième évoquant le retour et la mort de Rimbaud.

* au premier étage, dans la chambre de Rimbaud, lieu de gestation de l’écriture et des colères contre la famille et la société, le cinéaste Yann Beauvais, connu pour son travail expérimental et engagé, a conçu une installation vidéo qui met en espace des fragments mouvants de poèmes.

* dans la pièce consacrée à Paris et à la Commune, l’écrivain Emmanuel Adely dont l’engagement personnel, intime et social, détermine une écriture tendue et radicale, a écrit deux bandes-son qui évoquent, l’une, l’irruption de Rimbaud dans la société parisienne, l’autre sa rencontre avec Verlaine et sa plongée dans la poésie.

* dans la pièce consacrée à Londres, Jean-Michel Espitallier, poète iconoclaste au large champ d’investigation, a conçu une bande-son qui utilise la scansion d’un poème tiré des Illuminations, mêlé à des sons mécaniques, pour évoquer la découverte et le rythme de la ville industrielle, et son influence sur l’écriture du poète.

* pour la pièce de Bruxelles, l’écrivain et plasticien Frédéric Dumond, qui remet en cause la structure même de la langue et la décompose pour recomposer du sens, a réalisé deux bandes-son qui font dialoguer son écriture avec Une Saison en enfer, et qui interrogent la prose rimbaldienne dans sa contemporanéité.

* au deuxième étage, sur le palier consacré à Roche comme lieu de départ et de retour, le vidéaste Patrick André, dont le travail s’ancre dans un rejet viscéral de l’ordre social, familial, et de tout dogmatisme, projette une vidéo qui interprète, autour du mur de la maison, le refus rimbaldien de tout carcan.

* pour la pièce consacrée à l’errance de Rimbaud en Europe, la vidéaste Sabine Massenet, qui dans ses films questionne l’image dans ce qu’elle impose et dans ce qu’elle prétend, a réalisé une installation vidéo qui met en scène les ailleurs fantasmés, tels qu’on les rêve sans jamais les atteindre.

* dans la pièce consacrée à la quête de l’Afrique, le vidéaste Nicolas Barrié, qui expérimente le réel, le décompose, et l’utilise comme sujet de son travail, propose une installation vidéo qui, partant d’une image évoquant la marche, aborde le temps où Rimbaud tente des ailleurs.

* pour la pièce dédiée à Aden, le vidéaste et plasticien Roland Schär qui travaille sur l’étirement du temps et le corps dans ses apparitions fantomatiques, projette une vidéo construite autour d’images de marche dans le désert, de fragments de lettres de Rimbaud, de paysages asséchés, qui disent l’ennui, et le temps qui passe.

* dans la pièce consacrée à Harar, le vidéaste Christian Barani, qui recherche la réalité des êtres qu’il rencontre et des lieux qu’il traverse, propose une installation vidéo dont les images sont tournées dans le Harar d’aujourd’hui, et qui évoquent le destin de Rimbaud sur place dans son exil volontaire de la poésie.

* pour les pièces du 2e étage ainsi que pour la chambre de Rimbaud, l’artiste sonore Thomas Köner, qui structure ses compositions en couches sonores, a écrit un ensemble de bandes-son en nappes progressives, qui mêlent fragments de poèmes et compositions chromatiques personnelles dans un ensemble à l’image du poète, polymorphique.

 

 

 

 

294748375_cb8f550b52

2148630157_0c80507637

arton793

maison_rimbaud1

maison_rimbaud2

maison_rimbaud3

maison_rimbaud4

maisonproj3_rimbaud_charleville_1

nuitdesmuseescarolos06

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud.

 

Procurez vous des ouvrages d'Arthur Rimbaud

 

LOCALISATION DE LA MAISON :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 20:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

11 mars 2008

Mark Twain - Hartford

 

Biographie de Mark Twain.

 

 

 

MarkTwain"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait".

 

Samuel Langhorne Clemens naît le 30 novembre 1835 à Florida, dans le Missouri. Il est le troisième des cinq enfants qu’auront ses parents, Jane Lampton, sa mère, originaire du Kentucky, et John Marshall Clemens, son père venu lui de Virginie. En 1839, la famille Clemens s’installe à Hannibal, où celui-ci, juriste de formation exerce les fonctions de juge. Toujours à l’affût du moindre profit, il se fait également commerçant, spéculant à l’occasion. Ces notables locaux, qui possèdent quelques esclaves, rêvent surtout à une hypothétique fortune. L’enfance du petit Samuel, qui dispose malgré tout d’une grande liberté, est heureuse. Plus tard, il s’inspirera d’ailleurs de ses souvenirs à d’Hannibal, une petite ville de mille habitants située sur la rive droite du Mississipi, pour créer l’univers de ses deux héros favoris.

En 1847 cependant, à la mort de John Clemens, les enfants doivent travailler afin de subvenir aux besoins de la famille. A l’âge de douze ans, Samuel est ainsi contraint de cesser ses études. Celles-ci lui permettent néanmoins de devenir apprenti typographe dans l’atelier de Joseph Ament, qui imprime à l’époque le Missouri Courier. En 1851, il s’emploie ensuite auprès de son frère aîné, Orion, qui vient de faire l’acquisition du Hannibal Western Union. C’est dans cette feuille locale que Samuel Clemens publie ses premiers textes dès l’année suivante. Bientôt, ces petits articles comiques paraissent également dans le Philadelphia’s Saturday Evening Post. L’adolescent quitte Hannibal en 1853. Il s’emploie alors comme imprimeur auprès de divers journaux à New York et à Philadelphie. De retour dans le Midwest l’année suivante, Samuel Clemens mène une existence itinérante le long du fleuve, s’installant quelques temps dans une ville du bord du Mississipi, avant de repartir peu après. Il se fixe néanmoins quelques temps dans l’Iowa, à Keokuk, toujours auprès d’Orion qui a fondé le Keokuk Journal.

En 1857, Samuel Clemens est à la Nouvelle Orléans. Il s’embarque sur un navire à vapeur qui doit remonter le fleuve et fait ainsi la rencontre d’Horace Bixby, le pilote du steamer. Le jeune homme se montre alors persuasif et parvient à décider celui-ci, moyennant la coquette somme de 500 $, de le prendre à bord en apprentissage. Cette période durera deux années, à la suite desquelles, Samuel Clemens obtient enfin son brevet de pilote. Il réalise ainsi un rêve d’enfant en voyageant à bord d’un bateau à aube sur le Mississipi. Avec la Guerre de Sécession cependant, la navigation sur le fleuve est bientôt suspendue, à partir du mois d’avril 1861. Samuel Clemens rejoint alors un groupe de volontaires de l'armée confédérée, qui se fait appelé les Marion Rangers. Après deux semaines de combat cependant, cette unité de cavalerie est dissoute.

L’été suivant, il suit encore son frère Orion au Nevada, qui vient d’être nommé par le Président Abraham Lincoln, secrétaire du gouverneur du Territoire. En sa compagnie, Samuel Clemens s'installe à Carson City, une ville envahit à l’époque par les chercheurs d’or. Il s’essaie quelques temps à la prospection, sans grand résultat, puis se fait négociant en bois. Au mois de septembre 1862 enfin, Clemens accepte la proposition du Viriginia City Territorial Entreprise, à qui il a déjà livré quelques textes par le passé. Le journal l’emploie pour 25 $ de la semaine, en tant que reporter. Après dix-sept mois de collaboration, Samuel Clemens part pour San Francisco où il passera les quatre années qui suivent au service des journaux locaux : le Golden Era, The Californian... Devenu grâce à sa plume alerte une des principales figures du journalisme dans la ville, The Sacramento Union l’envoie quatre mois en reportage à Hawaï (à l’époque, les Îles Sandwich).

De retour aux Etats-Unis, Samuel Clemens organise une lecture publique de ses souvenirs de voyage. Devant le succès de cette initiative, il se décide ensuite à effectuer une tournée de conférences en Californie ainsi que dans le Nevada. Le périple dure deux mois entier pendant lequel il crée son image publique, celle de l'humoriste de l'Ouest. A New York dès la fin de l’année 1866, Clemens devient ensuite le correspondant du San Francisco Alta Journal. L’année suivante, il publie son premier ouvrage, un recueil de contes intitulé "The Celebrated Jumping Frog of Calaveras County, and other sketches". Samuel Clemens prend alors le pseudonyme de Mark Twain, que lui a suggéré son expérience de pilote sur le Mississipi. Ce nom de plume est en fait une expression employée par les marins lorsqu'ils sondent le fleuve pour trouver un chenal au bateau. " Mark Twain ! " (deux longueurs), une mesure de profondeur qui signale au pilote du steamer que les eaux sont encore navigables. En tournée dans l’Iowa et le Missouri, Samuel Clemens est surpris par le succès de sa première œuvre auprès du public, son "misérable conte au fond des bois" comme il l’appellera bien souvent.



A Washington, la capitale fédérale, il est pendant quelques temps le secrétaire du sénateur William Stewart. De retour à New York, Clemens fait la rencontre d’Olivia Langdon, fille d'une famille de la côte Est enrichit dans l’exploitation de gisements de charbon. Il repart en 1868 pour un nouveau et toujours aussi lucratif voyage de conférences en Californie et dans le Nevada. Au mois de juillet 1869, Mark Twain publie "Innocents Abroad" (Le Voyage des Innocents), une œuvre qui raconte un de ses voyages en Europe et en Terre Sainte avec quelques compagnons. Il s’agit de son premier grand succès. En 1870, l’écrivain épouse enfin Olivia Langdon, avec laquelle il était lié par une promesse solennelle. La jeune femme, de dix ans sa cadette, est de santé très fragile. Elle sera toujours une lectrice, une critique et même une correctrice, très écoutée de son mari, qui lui dédiera notamment son "Tom Sawyer". Le couple s'installe d'abord à Buffalo, près de New York. Et Mark Twain prend à cette époque des parts dans le journal local, le Buffalo Express, pour lequel il écrit également. Puis en 1871, les Clemens se fixent à Hartford, dans le Connecticut. Après l’achat d’un terrain à Nook Farm, Twain fait construire son imposante et dispendieuse maison, dans laquelle ils s’installent enfin en 1874. Celle-ci, qu’il décrit lui-même comme étant "mi cathédrale, mi horloge suisse à coucou", requiert les service de sept à huit employés dans son entretien quotidien. Samuel Clemens et Olivia Langdon y résideront jusqu'en 1888. De leur union, viennent au monde quatre enfants au cours de ces années : un fils prématuré, Langdon, en 1870, qui vivra deux ans, et trois filles, Susan qui naît en 1872, Clara deux années plus tard, et enfin Jean en 1880.

En 1872, Mark Twain fait paraître "Roughing It" (A la dure), le récit de son existence dans le Nevada et en Californie. L’année suivante et en compagnie de son épouse, il effectue un voyage outre-Atlantique. En Angleterre, l’écrivain est ainsi présenté à Lewis Caroll et à Ivan Tourgueniev. A présent fixé à Hartford dans une vie sédentaire, il se consacre tout entier à la littérature. Après "The Gilded Age" (L’Age doré) en 1873, une satire de la première expansion industrielle, paraissent trois années plus tard "The Adventures of Tom Sawyer", une œuvre largement autobiographique qui trouve une suite avec "The Adventures of Huckleberry Finn" en 1885. Entre ces deux récits picaresques, dont Mark Twain ne sait s’il faut les attribuer à la lecture des enfants ou des adultes, il publie également "A Tramp Abroad" (Un vagabond à l'étranger) en 1880, "The Prince and the Pauper" (Le Prince et le Pauvre) deux années plus tard, qui demeure le livre préféré de sa femme et de ses filles. L’année suivante, est édité "Life on the Mississipi" et enfin, en 1889, "A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court" (Un Yankee à la cour du roi Arthur), une récit historique sur le mode burlesque. Pendant ces années, Mark Twain poursuit sa carrière de conférencier à travers les États-Unis où cercles, clubs, et autres sociétés littéraires se disputent sa présence. Il voyage et réside aussi longuement en Europe. Les Clemens passent ainsi une année et demi en Angleterre à partir de 1878.

Peu satisfait cependant de la publication de ses derniers textes, l’écrivain fonde en 1884 sa propre maison d’édition. Charles L. Webster & Company fait notamment paraître en 1886 "les mémoires du général Ulysse Grant". Cependant, quelques années plus tard et après cette bonne opération commerciale, la société connaît des difficultés. De plus, Mark Twain est ruiné par un projet de machine typographique nouvelle, dans lequel il avait beaucoup investi. La famille Clemens quitte alors la maison de Hartford et la vie extravagante qu’elle y menait, et gagne l’Europe. Pendant quelques années, Mark Twain vit à différentes adresses en France, en Allemagne, en Suisse et en Italie.

L’écrivain multiplie également les publications, exploitant ainsi avec "Tom Sawyer Abroad "(Tom Sawyer à travers le monde) en 1894 une veine déjà florissante et qui ne s’est pas encore épuisée. Viennent ensuite "The Tragedy of Pudd'nhead Wilson" (Wilson Wilson Tête-de-mou) deux années plus tard, "The Comedy of those Extraordinary Twins" (Les Jumeaux extraordinaires) en 1895, "Personal Recollections of Joan of Arc" (Souvenirs personnels de Jeanne d'Arc) l’année suivante, Following the Equator ainsi que "A Journey around the World" (Le Tour du Monde d'un humoriste) en 1897… Le sujet de ce dernier récit vient à Mark Twain pendant une tournée de conférences qu’il effectue à travers le monde à partir de 1895. A présent en effet, l’écrivain américain est mondialement connu et apprécié.

En 1898 enfin, il parvient à liquider ses dettes. Cependant, à ces problèmes financiers se sont ajoutés des malheurs familiaux. En 1896, sa fille Susy décède d’une méningite. Et les médecins diagnostiquent bientôt à Jean des symptômes épileptiques. Cette dernière passera désormais la fin de sa vie le plus souvent dans des cliniques et des maisons de santé.



En 1900, Mark Twain s'installe à New York, au 14 West de la 10ème rue. Il réside également à Riverdale, en banlieue. Avec ses déboires passés, l’écrivain se préoccupe plus que jamais de la valeur financière de son travail d’écriture. En même temps cependant, il est tiraillé par de plus hautes ambitions, souhaitant ainsi laisser à la postérité des textes plus sérieux. Dans cet esprit, il publie ainsi, (entre autres !) "What is Man ?" (Qu'est-ce que l’Homme ?) en 1906 ou "Letters from the Earth" (Lettre de la Terre) en 1909. Twain s’implique également dans les controverses d’actualité. Il publie dans la presse new-yorkaise des articles contre les missionnaires et l'impérialisme made in U.S, attaquant ainsi la politique américaine en Chine et aux Philippines. C’est aussi le moment des honneurs officiels pour l’illustre écrivain, qui reçoit en 1902 un diplôme honoris causa de l'Université de Yale, avant que l’université du Missouri ne le distingue également l’année suivante. Et en 1907, c’est la prestigieuse institution anglaise d’Oxford qui prend la même initiative. En 1905, Mark Twain est invité à dîner à la Maison Blanche par le président Théodore Roosevelt. La même année, un énorme banquet est donné dans la salle du Delmonico’s à New York pour fêter son soixante-dixième anniversaire.

En 1902, les Clemens ont fait l’acquisition d’une nouvelle habitation à Tarrytown. Cependant l’état de santé d’Olivia se dégrade, ce qui l’oblige à de fréquents séjours de repos dans le Maine voisin. En 1903, le couple s’installe en Italie, dans une villa à Florence, espérant ainsi que le climat méditerranéen sera profitable à Livy. Invalide depuis huit ans, celle-ci décède au mois de juin 1904. Son mari regagne alors New York en compagnie de ses filles. Il loge bientôt au 21, de la 5ème Avenue. En 1906, l’écrivain commence une longue collaboration avec Albert Bigelow Paine, à qui il dicte les dizaines de pages d'une autobiographie. Quelques extraits de celle-ci paraissent dès l’année suivante. En 1908, Mark Twain se fixe dans le Connecticut, après avoir fait l’acquisition d’une villa, baptisée Stormfiel, près de Redding. Il crée dans la région l’Angelfish Club, une institution qui se destine à favoriser l’éducation des jeunes filles. Peu après le mariage de sa fille Clara, Jean décède au mois de décembre 1909, en se noyant dans sa baignoire lors d'une crise d'épilepsie. Peu après, l’écrivain effectue un séjour aux Bermudes, pour des raisons de santé.



Il sent à présent que sa fin est proche. Au printemps suivant, passe la comète de Halley dans le ciel des États-Unis alors que le dernier séjour de l’astre dans la Voie Lactée remonte à 1835, l’année de naissance de l’écrivain. Par le passé, celui-ci avait fait le vœu de l’apercevoir pendant son existence. Suivant ses prédictions, Mark Twain décède le 21 avril 1910, peu après son passage. Dans sa maison de Redding, l’écrivain laisse à la postérité une énorme quantité de manuscrits inédits. Deux jours plus tard, à New York, où il est enterré au cimetière de Woodlawn, une grande procession funéraire lui rend hommage. Ce n’est cependant que dans les années d’après-guerre que l’auteur de "Tom Sawyer" trouvera sa place dans la littérature américaine, grâce notamment aux commentaires élogieux qu’Ernest Hemingway fait alors de son œuvre. Et de nos jours, en souvenir de l’écrivain qui l’a fait connaître au monde entier, la ville d’Hannibal organise chaque année un concours de peinture de palissades...

 

 

 

Sa maison à Hartford.

 

 

 

ScreenHunter_04_MarHartford est la capitale du Connecticut. C'est après son mariage avec Olivia Langdon, que Mark Twain s'installe à Hartford en 1871. En 1873, ils font appel à un architecte new-yorkais Edward Tuckerman Potter pour réaliser leur maison. Mark Twain et sa famille y passeront leurs plus belles années : "Pour nous, notre maison avait un coeur, une âme et des yeux pour nous voir, elle nous approuvait, et avait une profonde sympathie pour nous, elle faisait parti de nous, et nous étions ses confidents, nous y avons vécu en paix sous sa bénédiction".

Ce remarquable manoir victorien de 19 pièces, a changé de propriétaires plusieurs fois depuis, le départ de Mark Twain et sa famille en 1891. En 1927, elle a été sauvée par les "amis de Hartford". Pour la célébration du centenaire de la maison, de nombreux travaux ont été entrepris, la restauration terminée en 1977 a été jugée exemplaire.

Longtemps citée pour sa fantaisie et son apparence particulière, la maison de Mark Twain est maintenant perçue comme inspirée, sophistiquée et pleine de modernité. L'architecte Potter a réussi un mélange entre les briques peintes (réminiscence des travaux de William Butterfield en Angleterre dans les années 1860) et les maisons traditionnelles d'Alsace en France.

La maison de Mark Twain est définie par la variété et l'imprévisibilité de ses éléments. Aucun des niveaux n'est semblable, les pignons, généralement symétriques, ne le sont pas, les ornements extérieurs sont différents, les cheminées se dressent haut vers le ciel, et les briques peintes renforcent ces différences.

Il en va de même pour l'intérieur, conçu par Louis Comfort Tiffany et ses associés, il est exotique et éclectique. L'on voyage beaucoup dans cette maison, l'Afrique du Nord, l'Extrême Orient, les Indes sont représentés.

Outre sa décoration, cette maison comportait de nombreux points de modernité, tel que le système de chauffage par gravité, des conduits de cheminée fendus afin de tenir compte des fenêtres, sept salles de bain et des toilettes munies de chasses d'eau. Mark Twain était particulièrement fier du téléphone, sa maison fut l'une des toutes premières maison individuelle à le posséder.

 

 

 

 

 

 

 

480714779_0f38eba925

447864647_509215ea6e

1466885396_a967b27577

ScreenHunter_05_Mar

ScreenHunter_06_Mar

237689401_ccb8cf2853

237689404_de844b379f

237685193_20106f7e39

237685190_5e178a598c

237681229_e5ce000f51

237685186_7c42208939

237689407_a5694f93ca

1492689111_0955ee6ccb

1493543630_79a7b5f8dc

1493542512_2e908801b8

1493542184_9fb8d45db6

1493542300_c2c2563eb3

1493543882_737b0694f9

1492691161_1155d37698

1493544440_bbcb189037

 

1492689315_be56304f9d

1492689441_6a45193c65

1492689575_aa34f29d1f

1493543152_bc0e945dfb

1492690589_a85385a3c7

1492690301_6945d9cdcf

1492690867_43f585eb4b

1492691015_a3d11360e1

1492690007_c21dd00696

1466034859_339b930738

1466886660_40c2525461

1466886208_2427bcd1d7

164924823_9ffd03fd3b

164924563_7d7cb9b8d9

1050732017_8cdec65cb2

 

The Mark Twain House.


Procurez vous des ouvrages de Mark Twain
 

LOCALISATION DE LA MAISON :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 20:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 mars 2008

Jean Jacques Rousseau - Les Charmettes

Biographie de Jean Jacques Rousseau.

 

 

 

Rousseau"Tout homme veut être heureux, mais pour parvenir à l'être, il faudrait commencer par savoir ce que c'est que le bonheur".

 

 

Ecrivain et philosophe français, né à Genève le 28 juin 1712, dans une famille calviniste. Jean-Jacques Rousseau, qui est orphelin de mère, est abandonné par son père à l'âge de 10 ans et élevé par son oncle. Son éducation se fait au gré de ses fugues, de ses errances à pied, et de ses rencontres, en particulier Mme de Warens. Sa maîtresse et bienfaitrice qui influencera son œuvre s'attache à parfaire son éducation et le contraint à se convertir au catholicisme. En 1741, Jean-Jacques Rousseau devient précepteur des enfants de Mme de Mably à Lyon. Passionné de musique, il élabore un système de notation musicale qui ne rencontre pas le succès espéré à Paris. Après un séjour à Venise, il retourne à Paris et se lie d'amitié avec Diderot qui lui demande d'écrire des articles sur la musique pour l'Encyclopédie. Jean-Jacques Rousseau vit en ménage avec Thérèse Levasseur, modeste servante, avec laquelle il a cinq enfants. Ne pouvant les élever correctement, il les confie aux Enfants-trouvés, ce que lui reprocheront plus tard ses ennemis.

Jean-Jacques Rousseau acquiert la gloire en 1750 avec son "Discours sur les sciences et les arts". Il y prend comme hypothèse méthodologique ce qui va devenir le thème central de sa philosophie : l'homme naît naturellement bon et heureux, c'est la société qui le corrompt et le rend malheureux. Il réfute ainsi la notion de péché originel. Jean-Jacques Rousseau retourne dans sa patrie d'origine en 1754 et retrouve la religion calviniste. Après un séjour chez Mme d'Epinay, il est recueilli à Montmorency en 1757 par le maréchal de Luxembourg et va y passer les années les plus fécondes de son existence.

Son oeuvre principale, "Du contrat social", analyse les principes fondateurs du droit politique. Pour Rousseau, seule une convention fondamentale peut légitimer l'autorité politique et permettre à la volonté générale du peuple d'exercer sa souveraineté. Il va plus loin que
Montesquieu et Voltaire dans la défense de la liberté et de l'égalité entre les hommes, en proposant un ordre naturel qui concilie la liberté individuelle et les exigences de la vie en société. Le "Contrat social" a inspiré la Déclaration des Droits de l'Homme et toute la philosophie de la Révolution. Son influence a été également importante sur la philosophie allemande (Kant, Fichte...)

Dans "L'Emile ou l'Education", Jean-Jacques Rousseau soutient que l'apprentissage doit se faire par l'expérience plutôt que par l'analyse. Il y professe également une religion naturelle, sans dogme, par opposition à la révélation surnaturelle, ce qui lui vaut d'être condamné en 1762 par le parlement de Paris. Il se réfugie alors en Suisse puis en Angleterre où il est hébergé par
David Hume avec lequel il se brouille rapidement. Il revient en France en 1769.

Critiqué par les philosophes et attaqué par Voltaire (qui se moque de sa théorie où la société dénature l'homme), Jean-Jacques Rousseau se sent persécuté. Il tente de se défendre et de s'expliquer dans "Les Lettres écrites de la montagne" et les "Confessions". Attisée par Voltaire, la population va même jusqu'à lapider sa maison et brûler ses livres. Les dernières années de sa vie se passent à Ermenonville dans la maladie et l'isolement. Il achève "Les rêveries d'un promeneur solitaire" dans la propriété d'Ermenonville du marquis de Girardin. C'est là qu'il meurt, le 2 juillet 1778. La Convention fit transporter ses restes au Panthéon en 1794.

 

Rousseau expose ses idées religieuses dans la Profession de foi du vicaire savoyard, incluse dans "l'Emile". Il considère que la matière ne peut se mouvoir par elle-même et pose la nécessité d'une volonté transcendante. Sans chercher à prouver ses idées, mais par le seul élan du coeur, il souscrit à la "religion naturelle" ou déisme, qui lui permet d'accéder à Dieu sans l'intermédiaire des textes sacrés ou du clergé. Le doute lui étant insupportable, sa foi en Dieu n'est pas issue de la raison comme celle des autres déistes de son siècle, mais vient de ce qu'il ressent, des sentiments intimes. Dans une vision qui se veut optimiste, il considère les malheurs des hommes comme nécessaires à l'harmonie universelle et se console par la croyance en l'immortalité. Bien que perçu comme un hérétique par les protestants et les catholiques, Rousseau se dit cependant chrétien, et disciple de Jésus, tout en se livrant au libre examen des dogmes.

 

 

Les Charmettes sa maison.

 

 

charmettesVallon boisé au sud de Chambéry, fief du marquis de Conzié ami de Rousseau (il y possède une maison et des terres), où se trouvent plusieurs petites exploitations rurales. Madame de Warens et Rousseau y habitent dès 1736 (peut-être 1735) dans la ferme Revil, puis dans la maison de Monsieur Noiret.

Cette maison devient dès la Révolution, à l'époque romantique et jusqu'à nos jours un lieu de pèlerinage : Georges Sand, Lamartine, Stendhal, de très nombreuses personnalités du monde des arts, des lettres et de la politique viennent rendre hommage à Rousseau. "Je ne savais pas si je trouverais là ce que je venais y chercher, et si la vue des choses ne trahirait pas l'idée que je m'en était faite" (George Sand).

Classée monument historique en 1905, la maison des Charmettes est ouverte au public toute l'année, elle reçoit des visiteurs du monde entier, le site naturel est protégé.

"Après avoir cherché, nous nous fixâmes aux Charmettes, une terre de Monsieur de Conzié à la porte de Chambéry, mais retirée et solitaire comme si l'on était à cent lieues. Entre deux coteaux assez élevés est un petit vallon au fond duquel coule une rigole entre des cailloux et des arbres. Le long de ce vallon à mi-côte sont quelques maisons éparses fort agréables pour quiconque aime un asile un peu sauvage et retiré".  (Les Confessions, livre V)

Les Charmettes sont avant tout une période de bonheur :


"Ici commence le court bonheur de ma vie ; ici viennent les paisibles mais rapides moments qui m'ont donné le droit de dire que j'ai vécu. Moments précieux et si regrettés, ah recommencez pour moi votre aimable cours ; coulez plus lentement dans mon souvenir s'il est possible, que vous ne fîtes réellement dans votre fugitive succession. Comment ferai-je pour prolonger à mon gré ce récit si touchant et si simple ; pour redire toujours les mêmes choses, et n'ennuyer pas plus mes lecteurs en les répétant que je ne m'ennuyais moi-même en les recommençant sans cesse ?
Encore si tout cela consistait en faits, en actions, en paroles, je pourrais le décrire et le rendre en quelque façon : mais comment dire ce qui n'était ni dit, ni fait, ni pensé même, mais goûté, mais senti, sans que je puisse énoncer d'autre objet de mon bonheur que ce sentiment même. Je me levais avec le soleil, et j'étais heureux ; je me promenais et j'étais heureux, je voyais Maman et j'étais heureux, je la quittais et j'étais heureux, je parcourais les bois, les coteaux, j'errais dans les vallons, je lisais, j'étais oisif, je travaillais au jardin, je cueillais les fruits, j'aidais au ménage, et le bonheur me suivait partout ; il n'était dans aucune chose assignable, il était tout en moi-même, il ne pouvait me quitter un seul instant".  (Confessions, livre VI).

 

La petite exploitation des Charmettes n'est pas riche : le bail de juillet 1738 comptabilise "deux bœufs et des vaches, dix brebis ou moutons, sept poules et un coq", "une charrue, une herse, et un berroton, le tout fort usé et presque hors service", les cultures citées sont le froment, le seigle, l'orge, les fèves, le blé noir. Madame de Warens sert aussi des "tartiffles" (pommes de terre) à ses domestiques, on cultive aussi aux Charmettes le "blé de Turquie" (maïs), introduits nouvellement en Savoie.

Rousseau élève des pigeons et des abeilles, il est souvent malade, mais comme tous les autodidactes, il a une incroyable soif de découvertes, il étudie la musique, la géométrie, l'histoire (on a conservé de lui une "Chronologie universelle" qui date de cette époque), la géographie, l'astronomie (il fait des observations à la lunette dans le jardin), la physique, la chimie (un accident lors d'une expérience le conduit à rédiger son testament). Avec l'argent de son héritage, il s'achète des livres, dans sa commande au libraire Barillot, on trouve des romans (Marivaux, l'abbé Prévost), mais aussi des ouvrages de mathématiques, le "Dictionnaire" de Bayle, il pioche abondamment dans la bibliothèque de son ami Conzié et dans celle des jésuites de Chambéry, il lit les écrits de Port-Royal et devient "demi-janséniste". C'est alors qu'il constitue son "magasin d'idées" et fait mûrir sa pensée :

"Je me dis: Commençons par me faire un magasin d'idées, vraies ou fausses, mais nettes, en attendant que ma tête en soit assez fournie pour pouvoir les comparer et choisir. Cette méthode n'est pas sans inconvénient, je le sais; mais elle m'a réussi dans l'objet de m'instruire. Au bout de quelques années à ne penser exactement que d'après autrui, sans réfléchir pour ainsi dire, et presque sans raisonner, je me suis trouvé un assez grand fonds d'acquis pour me suffire à moi-même et penser sans le secours d'autrui". (Confessions, livre VI).

Rousseau compose aux Charmettes ses premiers essais, il écrit des poèmes qu'il rassemblera sous le titre "La Muse allobroge ou les œuvres du petit poucet", et notamment "Le Verger de Madame de Warens", ainsi que "l'Epitre à Parisot". Il compose aussi des pièces de théâtre "Iphis et Narcisse", un opéra "La Découverte du nouveau monde". Il traite même de sujet scientifiques "Si le Monde que nous habitons est une sphère", publié dans le Mercure de France de septembre 1738, il prépare aussi son projet de notation musicale chiffrée, "méthode qu'il avait forgée aux Charmettes" d'après Conzié. Il part pour Paris son projet en poche pensant faire fortune en le présentant à l'Académie des sciences, hélas sans succès.

C'est cependant loin d'être une idylle sentimentale, dans ses lettres écrites de Montpellier, où il part de septembre 1737 à février 1738, Rousseau se plaint de ne pas recevoir de nouvelles de Madame de Warens et à son retour il trouve sa "place prise" par Wintzenried. A partir de 1739, il ne voit plus beaucoup Madame de Warens aux Charmettes, il lit, écrit, le plus souvent seul, après l'interruption de son séjour à Lyon d'avril 1740 à avril 1741, il revient aux Charmettes en mai 1741, il ne les quitte définitivement qu'en juillet 1742, lorsqu'il part pour Paris.

Episode capital, les Charmettes sont en quelque sorte l'apogée des "Confessions", au centre de l'ouvrage. Il est significatif que les dernières lignes que Rousseau a écrites avant de mourir en 1778 soient aussi dédiées à Madame de Warens et aux Charmettes dans la "Dixième promenade des Rêveries du promeneur solitaire" :

"Aidé de ses leçons et de son exemple, je sus donner à mon âme encore simple et neuve la forme qui lui convenait davantage et qu'elle a gardé toujours. Le goût de la solitude et de la contemplation naquit dans mon cœur avec les sentiments expansifs et tendres fait pour être son aliment. Le tumulte et le bruit les resserrent et les étouffent, le calme et la paix les raniment et les exaltent. J'avais besoin de me recueillir pour aimer. Une maison isolée au penchant d'un vallon fut notre asile, et c'est là que dans l'espace de quatre ou cinq ans j'ai joui d'un siècle de vie".

Période de formation et de bonheur, les Charmettes ont permis à Rousseau de devenir lui-même : "Durant ce petit nombre d'années, aimé d'une femme pleine de complaisance et de douceur, je fis ce que je voulais faire, je fus ce que je voulais être".

 

 

713191577_79c5a87c91

716744251_a23ee405f0

706569295_2a5a10770f

560984120_1ab5a83000

754890844_04637eef36

706569517_a8569ce452

706569761_8539cca268

561400329_d15ef00de3

707585208_8a36a25f2f

707584820_390793b8b7

707584878_77c3a8b25c

707585090_45947b5f0e

707584970_f51626c892

754890876_8aded58ec5

717617156_1c87b5a553

716747193_4f2b66cbbb

754890892_fe3899087c

754890932_d2c5e4cfbd

707585038_1163f56af8

2274495961_535091d71e

2275289702_a629337063

716743223_f2515b72df

 

 

Procurez vous des ouvrages de Jean Jacques Rousseau

 

LOCALISATION DE LA MAISON :

 

 

 

 

 

Posté par pfck à 14:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]